Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kampala - Le président ougandais Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, sera candidat à l'élection présidentielle de février 2011, ont annoncé officiellement ses services lundi dans un communiqué. L'opposition doit elle faire face à des dissensions.
"Le président Yoweri Museveni a annoncé sa candidature à la présidence du Mouvement de résistance nationale (NRM, le parti au pouvoir) et de porte-drapeau du NRM à l'élection présidentielle de 2011", indique le communiqué transmis à l'AFP.
Les chances du président ougandais, âgé de 66 ans, de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2016 ont été renforcées par des dissensions au sein de l'opposition.
Le chef du Congrès du peuple ougandais (UPC) Olara Otunnu, un ancien diplomate de l'ONU, a annoncé lundi le retrait de son parti de la coalition d'opposition qui a accepté de travailler avec la commission électorale.
"Nos partenaires disent qu'ils vont participer tout en sachant parfaitement que les élections seront frauduleuses", a déclaré M. Otunnu.
"C'est le coeur lourd et avec beaucoup de tristesse que j'annonce que l'UPC ne peut pas travailler au sein" de la coalition, a-t-il aussi dit.
M. Otunnu n'a toutefois pas appelé au boycott, affirmant également qu'il était encore possible de contraindre le gouvernement à modifier la commission électorale.
Sa décision est un coup dur pour Kizza Besigye qui devrait être le candidat à la présidentielle de la coalition d'opposition qui ne regroupe plus désormais que trois partis.
M. Besigye qui avait été battu par Yoweri Museveni aux élections de 2001 et 2006, a également échoué à rallier un autre parti de l'opposition, le parti démocrate.
L'opposition avait par le passé critiqué le commission électorale, la jugeant inféodée au pouvoir.
En février, le représentant de l'Union européenne en Ouganda avait estimé que les conditions pour des élections libres et équitables n'étaient pas réunies. Le Congrès américain avait chargé en janvier la secrétaire d'Etat Hillary Clinton de "surveiller de près les préparatifs" des élections.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS