Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la demande du président palestinien Mahmoud Abbas, l'ONG Palestinian Peace Coalition (PCC) a été dissoute et tous ses biens saisis. Au cours des dernières années, l'organisation internationale a été notamment largement financée par la Suisse.

Créée en 2003 avec l'appui de l'ex-président palestinien Yasser Arafat, l'ONG consacrée à la mise en oeuvre de l'Initiative de Genève a encore reçu 200'000 francs en 2015 de la Confédération, selon un courriel du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) au site en ligne watson.ch, dont l'ats a obtenu une copie. PCC est considérée comme un "partenaire stratégique de la Suisse".

Le DFAE dénonce

Dans ce courriel, le DFAE confirme l'information notamment relayée par l'agence Reuters: M. Abbas a ordonné la dissolution de la "Coalition Palestinienne pour la Paix" via un décret présidentiel promulgué mardi. Tous les biens de l'ONG ont par ailleurs été saisis. Le décret ne contient aucune motivation.

"Le DFAE est profondément préoccupé par cette décision et appelle le président Abbas à revenir sur celle-ci", indiquent les services de Didier Burkhalter. Avec des mots appuyés, le DFAE dénonce "la restriction croissante de l'espace démocratique" dans les Territoires occupés, en particulier "les actions récentes de l'Autorité palestinienne contre les activités des organisations non gouvernementales".

Mercredi, les bureaux de PCC à Ramallah étaient toujours ouverts et opérationnels. Son directeur Nidal Fuqahaa a déclaré à Reuters que l'ONG allait porter l'affaire devant un tribunal.

Rival politique visé

La décision du président de l'Autorité palestinienne ne vise apparemment pas uniquement l'ONG en tant que telle mais surtout son président, Yasser Abed Rabbo, rival politique de Mahmoud Abbas. Egalement secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), M. Rabbo a été démis de ses fonctions début juillet par M. Abbas.

Yasser Abed Rabbo a souvent critiqué la politique et le style de Mahmoud Abbas. Le président de l'Autorité palestinienne voyait en M. Rabbo une menace à son leadership, selon plusieurs médias israéliens.

Un habitué de la Suisse

PPC promeut la paix avec Israël en s'appuyant sur l'Initiative de Genève, dont il a été un des artisans, un plan non officiel pour la création d'un Etat palestinien et la fin du conflit avec Israël. Cette initiative avait été rédigée par des politiciens israéliens et palestiniens en 2003 lors de négociations maintenues secrètes.

PCC est principalement soutenue par l'UE, la Suisse, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et la Finlande. Son directeur Yasser Abed Rabbo est venu plusieurs fois en Suisse. Il a notamment rencontré l'ex-cheffe de la diplomatie suisse Micheline Calmy-Rey en 2011 à Genève.

Selon des médias, les responsables israéliens de l'Initiative de Genève ont exprimé leur regret quant à la décision du président Abbas qui serait selon eux motivée par une "lutte de pouvoirs", ajoutant qu’ils continueront de travailler avec les partenaires palestiniens.

ATS