Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kigali - Le président rwandais Paul Kagame a dénoncé lundi à Kigali dans son discours d'investiture "les mensonges" proférés à l'égard de son pays. Une allusion à peine voilée au projet de rapport de l'ONU qui accusait l'armée rwandaise de graves crimes contre des hutus.
"Il y a beaucoup de gens qui se sont arrogé le droit de contrôler et critiquer ce que font les autres, qui critiquent nos bonnes réalisations et rejettent sur nous leurs mauvaises actions", a déclaré le président fraîchement réélu au cours d'un scrutin décrié pour son manque de liberté d'expression.
"Nous dénonçons avec la dernière énergie tous les mensonges dont ils nous accusent", a-t-il poursuivi sans désigner nommément un Etat ou une organisation.
Kigali a violemment rejeté le mois dernier un projet de rapport de l'ONU. Il accusait l'armée rwandaise d'avoir commis de graves crimes contre des civils rwandais hutus réfugiés en République démocratique du Congo (RDC), pendant la guerre dans ce pays de 1996 à 1998.
M. Kagame n'a fait aucune référence directe à ce rapport polémique lors de son discours lundi. Il s'adressait à plusieurs dizaines de milliers de concitoyens ainsi qu'à quatorze chefs d'Etat et de gouvernement africains réunis pour sa cérémonie d'investiture au stade national à Kigali.
"Les Africains sont capables de se conduire d'eux-mêmes là où ils veulent. Nous refusons les leçons qui nous sont toujours données", a-t-il encore ajouté. Au pouvoir depuis 1994, Paul Kagame entame un nouveau mandat présidentiel de sept ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS