Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vue aérienne d'un récif des Spratleys, proche des Philippines, en mer de Chine méridionale qui est revendiqué par Pékin (archives).

KEYSTONE/EPA POOL/RITCHIE B. TONGO / POOL

(sda-ats)

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé jeudi avoir ordonné à ses militaires de se déployer sur des récifs et îlots inhabités et disputés en mer de Chine méridionale. Cette décision pourrait provoquer la colère de Pékin.

M. Duterte a expliqué aux journalistes qu'il avait ordonné à l'armée de se déployer et de bâtir des infrastructures sur certains îlots de l'archipel des Spratleys. Son pays les revendique comme partie intégrante du territoire philippin.

"J'ai ordonné aux forces armées de les occuper tous", a déclaré le chef de l'Etat aux journalistes lors de la visite d'une base militaire sur l'île de Palawan, dans l'ouest des Philippines. "Construisez-y des infrastructures et hissez le drapeau philippin", a-t-il poursuivi, en ajoutant que Manille revendiquait "neuf ou 10" îles, récifs ou cayes des Spratleys.

Cartes chinoises des années 1940

La Chine considère comme son territoire national la quasi totalité de la mer de Chine méridionale, y compris des zones proches de ses voisins, au grand dam de Manille et d'autres pays du Sud-Est asiatique qui ont également des revendications. Elle se fonde sur une délimitation en "neuf pointillés" apparue sur des cartes chinoises datant des années 1940.

Depuis des années, Pékin mène une politique très agressive de colonisation de minuscules récifs. Elle y effectue d'importants travaux de construction et de remblaiement.

Pékin dit que ses intentions sont pacifiques. Ses contradicteurs l'accusent de vouloir mener la politique du fait accompli et estiment que la liberté de navigation dans une zone stratégique pour le commerce mondial est menacée.

"Récupérer ce qui nous appartient"

"Il semble que tout le monde aille se servir sur les îles là-bas, alors nous ferions mieux d'aller habiter sur celles qui restent vacantes", a déclaré M. Duterte, dans un discours. Il a rompu avec l'attitude conciliante vis-à-vis de Pékin qui était la sienne depuis son arrivée au pouvoir l'été dernier.

"Au moins, allons récupérer maintenant ce qui nous appartient, et faisons savoir clairement que c'est à nous", a-t-il poursuivi. Il a affirmé qu'il pourrait se rendre dans les zones disputées le 12 juin, jour anniversaire de l'indépendance philippine.

Les contentieux territoriaux en mer de Chine méridionale devraient être au menu du premier sommet, jeudi en Floride, entre les présidents chinois et américain, Xi Jinping et Donald Trump.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS