Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ours Napa a été placé dans un enclos d'adaptation. En attendant d'être lâché dans le parc protégé, il peut observer son futur espace de vie.

Keystone/Stefan Bohrer

(sda-ats)

Le premier plantigrade du futur parc aux ours d'Arosa (GR) est arrivé à bon port en provenance de Serbie. La nouvelle institution gérée par une organisation de protection des animaux ouvre ses portes le 3 août. Elle est destinée aux ours maltraités ou en captivité.

Après un voyage de 1400 km d'une durée de 28 heures ainsi qu'une dernière étape en téléphérique, Napa est arrivé dans sa nouvelle demeure située à 2000m d'altitude: un enclos d'adaptation en attendant d'aller explorer les 30'000 m2 du parc, l'équivalent de quatre terrains de football, situé en bordure du domaine skiable. Depuis là, l'ours a commencé à observer son futur espace de vie.

Transporter le plantigrade a été un tour de force logistique, indique jeudi l'organisation Quatre Pattes qui gère le parc. La cage contenant l'ours pesait 550 kg. Le transbordement entre la fourgonnette et le téléphérique s'est avéré compliqué.

En cage et mal nourri en Serbie

Après son arrivée sur les hauts d'Arosa mercredi, Napa a été soumis à une visite médicale. Issu d'un croisement entre l'ours brun européen et l'ours polaire, il est né dans un zoo avant de "servir" dans un cirque serbe.

Suite à l'interdiction de la détention d'animaux sauvages dans les cirques serbes depuis 2009, il a sans doute vécu en cage durant plusieurs années. Mal nourri pendant des années, il a dû subir un traitement dentaire d'urgence, car sa mâchoire était fortement endommagée.

Portes ouvertes les 4 et 5 août

Le parc aux ours "Bärenland" d'Arosa doit être inauguré le 3 août en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Il s'agit du premier centre de protection des ours en Suisse. Deux journées portes ouvertes sont prévues les 4 et 5 août.

Les citoyens de la commune grisonne ont approuvé le projet à une très nette majorité (78%) en novembre 2016. Ce dernier coûte 6,5 millions de francs dont 1,2 million est couvert par le canton. Le parc doit accueillir sept ours qui vivaient en captivité dans des conditions de détention indignes. Les coûts d'exploitation sont estimés à 320'000 francs par année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS