Toute l'actu en bref

Fin de partie pour le premier ministre irlandais Enda Kenny (archives)

KEYSTONE/AP The Canadian Press/PAUL CHIASSON

(sda-ats)

A la tête d'un gouvernement minoritaire, le Premier ministre irlandais Enda Kenny a annoncé mercredi qu'il allait démissionner d'ici le 2 juin. Soit le laps de temps suffisant pour trouver un successeur à la tête de son parti, le Fine Gael.

"L'année dernière, j'avais indiqué que je ne dirigerai pas le Fine Gael (centre-droit) lors des prochaines élections générales. J'ai décidé de mettre en application cette décision aujourd'hui", a-t-il indiqué dans un communiqué.

"Je vais quitter la tête du parti et ce sera effectif ce soir à minuit", a-t-il ajouté. Il a touterfois assuré qu'il "continuerait d'assurer ses fonctions" jusqu'à l'élection de son successeur. "J'ai demandé au conseil exécutif du Fine Gael d'accélérer ce processus et de le conclure d'ici au 2 juin".

Elu Premier ministre en 2011, Enda Kenny, 66 ans, avait été réélu il y a tout juste une année après plus de deux mois de blocage. Mais, sans majorité au parlement, le leader du Fine Gael n'aura tenu cette fois-ci qu'une année à la tête du fragile gouvernement irlandais.

M. Kenny n'avait réussi à se faire réélire, après quatre votes au parlement, que grâce au soutien des indépendants, et après un accord avec le Fianna Fail, principale formation d'opposition, pour qu'il ne s'oppose pas à la constitution d'un gouvernement minoritaire.

En échange, le Fianna Fail avait obtenu une hausse des dépenses publiques et la suspension de redevances sur l'eau qui avait valu au Fine Gael des manifestations monstres dans les rues de Dublin.

Scandale dans la police

Instaurée début 2015, cette taxe sur l'eau a cristallisé le ressentiment des Irlandais vis-à-vis de la politique d'austérité menée ces dernières années par l'administration Kenny, alors que l'économie du pays, après avoir souffert de la crise financière, a enregistré une croissance de 7,8% en 2015 puis 5,2% en 2016.

M. Kenny a toujours dit qu'il ne se représenterait pas pour être Premier ministre une troisième fois mais son départ a été précipité par les nombreuses critiques suscitées par sa gestion d'un scandale au sein de la police, révélé en février dernier.

Son gouvernement a été accusé d'avoir laissé ses services ruiner la réputation d'un policier, lanceur d'alerte, accusé à tort il y a plusieurs années d'agressions sexuelles sur des enfants.

Deux candidats pour un poste

Deux candidats ont pour l'heure fait connaître leur intérêt pour prendre la tête du Fine Gael et devenir, de facto, le nouveau Premier ministre du pays.

Leo Varadkar, 38 ans, le fils d'un immigré indien et d'une Irlandaise, fait figure d'outsider. Son rival et actuel ministre du logement, Simon Coveney, 44 ans, a un profil plus traditionnel.

ATS

 Toute l'actu en bref