Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a accepté vendredi une invitation de son homologue pakistanais Nawaz Sharif à se rendre l'an prochain à Islamabad. Ce sommet régional constituera sa première visite au Pakistan, le rival historique de l'Inde.

En mai 2014, le Premier ministre pakistanais avait assisté à New Delhi à la prestation de serment de son homologue indien Modi, alors désireux de relancer les relations entre les deux puissances nucléaires rivales opposées entre autres sur le partage de la région himalayenne du Cachemire. Mais les deux pays peinent depuis à renouer un dialogue fructueux, l'Inde étant très remontée face aux retards pris par la procédure judiciaire visant, Zaki ur-Rehman Lakhvi, le cerveau présumé des attentats de Bombay en 2008.

Or vendredi, MM. Modi et Sharif se sont pour une rare fois rencontrés, en marge d'un sommet des pays du Brics, tenu à Oufa, en Russie. "Le Premier ministre Nawaz Sharif a renouvelé son invitation au Premier ministre Modi à se rendre au Pakistan pour le sommet de l'Asacr (pays d'Asie du sud) en 2016. Le Premier ministre a accepté cette invitation", selon un communiqué commun qui ouvre aussi la voie à des rencontres entre les responsables de la sécurité des deux pays.

MM. Modi et Sharif ont ainsi annoncé que leurs conseillers à la sécurité nationale respectifs allaient se rencontrer à New Delhi pour discuter de "terrorisme" sans cependant donner de date. Des responsables de la sécurité des deux pays vont également se rencontrer pour discuter des questions frontalières, selon le communiqué.

Plusieurs visites nécessaires

Outre la question du Cachemire, les deux pays s'opposent sur leur rôle en Afghanistan, Islamabad voyant d'un très mauvais oeil l'influence croissante de l'Inde dans ce qu'il considère être son pré carré stratégique. Le Pakistan accuse aussi l'Inde de soutenir les rebelles sécessionnistes dans sa province du Baloutchistan (sud-ouest), tandis que New Delhi incrimine Islamabad pour des attaques islamistes sur son sol.

"Il y a des graves incompréhensions qui séparent les deux pays, des efforts sincères seront nécessaires pour briser la glace, et une seule visite n'y suffira pas", a prévenu une source sécuritaire pakistanaise soupçonnant aussi l'Inde d'hostilité à l'égard du "corridor économique" que la Chine souhaite établir avec le Pakistan.

Nés de la sanglante partition de l'Empire britannique des Indes en août 1947, l'Inde et le Pakistan se sont livrés trois guerres depuis, notamment pour le contrôle du Cachemire, dont ils administrent chacun une partie.

ATS