Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le scandale autour des accusations de plagiat visant le premier ministre roumain Victor Ponta a rebondi vendredi après un rapport accablant de l'Université de Bucarest. L'intéressé, en conflit avec le président Traian Basescu, a qualifié le document de "politique".

Il s'agit d'un plagiat "massif" et "délibéré", a estimé la commission d'éthique de l'université, qui avait accordé en 2003 le titre de docteur à M. Ponta. Selon le rapport, le premier ministre a "copié des idées et des pages entières" d'autres auteurs, soit un tiers des quelque 300 pages de sa thèse sur le fonctionnement de la Cour pénale internationale.

"Ce plagiat massif ne peut pas être expliqué par des normes différentes de rédaction" qui auraient été en vigueur à l'époque, comme l'a affirmé M. Ponta, a souligné l'établissement le plus respecté de Roumanie. L'université a précisé que "des règles de bonne conduite existaient depuis plus de 200 ans".

Verdict relativisé

Le premier ministre a relativisé ce verdict, déplorant de ne pas avoir été invité pour exprimer son point de vue. "Il s'agit d'une décision politique, rendue par une commission créée spécialement pour moi", a-t-il déclaré à l'agence Mediafax.

Selon le recteur de l'université Mircea Dumitru, ce rapport sera soumis au sénat de l'institution, qui pourrait proposer le retrait du titre. La décision finale appartient toutefois au ministère de l'Education, a-t-il souligné.

Si elle ne s'est pas encore prononcée sur cette question, la ministre Ecaterina Andronescu a récemment affirmé que l'école doctorale de l'université pourrait être fermée si la commission d'éthique confirmait le plagiat de M. Ponta.

Deuxième verdict

Il s'agit du deuxième verdict confirmant les accusations contre M. Ponta, après celui rendu en juin par le Conseil national d'attestation des titres universitaires. Ce dernier avait constaté que "85 pages sur les 307 de cette thèse avaient été copiées mot à mot d'autres ouvrages".

La revue scientifique britannique Nature avait été la première à révéler ces accusations de plagiat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS