Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier ministre roumain Emil Boc a démissionné lundi. Depuis plusieurs semaines, il faisait face à des manifestations nationales contre ses mesures d'austérité.

"C'est le moment pour des décisions politiques importantes. De ce point de vue, je prends la décision de renoncer à mon mandat au gouvernement", a annoncé M. Boc. Il a appelé le Parlement à accorder au plus vite sa confiance à un nouveau gouvernement afin de ne pas mettre en danger la stabilité du pays.

Le président Traian Basescu est chargé de nommer son successeur. Des consultations entre le président et les partis politiques parlementaires devaient avoir lieu en fin de matinée.

Controversé dans son parti

Plusieurs voix au sein de son Parti démocrate-libéral (PDL, au pouvoir) avaient demandé le départ du premier ministre ces dernières semaines, sur fond de contestation croissante dans la rue, avec des manifestations organisées pendant une quinzaine de jours à travers le pays. M. Boc, 45 ans, occupait ce poste depuis les élections législatives de 2008.

Cette annonce intervient au lendemain de la fin d'un mission du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Union européenne, qui a donné son satisfecit aux réformes menées par le gouvernement Boc ces derniers mois.

L'opposition, réunie au sein de l'Union social-démocrate (USL), avait entamé la semaine dernière une grève parlementaire, assurant qu'elle ne retournerait dans l'hémicycle que lorsque la coalition au pouvoir accepterait l'organisation d'élections anticipées.

ATS