Toute l'actu en bref

L'ouverture de ce musée... une aubaine pour tous les fanatiques des jeux vidéo (archives)

KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK

(sda-ats)

Le premier musée permanent de France dédié aux jeux vidéo ouvre ses portes samedi près de Strasbourg, en Alsace. Il propose de raconter l'histoire du "10e art" à travers plusieurs centaines de machines, objets et documents d'époque.

Le "Pixel Museum, musée du jeu vidéo, des loisirs connectés et de l'art vidéoludique", installé dans un ancien centre pour enfants handicapés à Schiltigheim, à 10 km de Strasbourg, entend devenir la première initiative pérenne du genre en France.

Jeux électroniques, éducatifs, informatiques, de société, consoles: le musée passe en revue plus de 40 ans d'histoire du 10e art à travers une dizaine de salles thématiques, des origines du jeu sur oscilloscope à "Pong", jouable sur grand écran.

On y trouve les premières machines de salon, comme l'Odyssey de Magnavox (1972), des marques de constructeurs peu connus, les consoles 2D et 3D de Nintendo et Sega, Sony et Microsoft.

Pas "un musée de geek"

Salle d'arcade éclairée aux néons avec bornes et flipper, 250 machines, consoles, ordinateurs, photomontages et graffiti d'artistes locaux en hommage aux super-héros et mascottes Sonic et Super Mario: le musée propose une immersion complète dans cet univers de la culture populaire.

Soutenu par la municipalité, le projet a nécessité 1,6 million d'euros (environ 1,7 million de francs) d'investissement.

Le "Pixel Museum" présente plusieurs centaines de pièces issues de collections privées, principalement de celle du directeur du lieu et promoteur du projet, Jérôme Hatton, un ancien ingénieur chez un sous-traitant d'Alcatel.

Passionné de jeux depuis plus de 20 ans, il possède quelque 25'000 objets, qui seront présentés en rotation sur les quelque 600 m2 de surface d'exposition et de rayonnages.

"On ne veut pas en faire un musée de geek, on veut raconter une histoire", explique Mathieu Bernhardt, responsable de la communication du Pixel Museum.

Une Singer pilotée par Game Boy

Dans le hall d'exposition temporaire, une installation interactive faite de quatre modules de bornes d'arcade stylisées géantes - "l'Uppercube" de l'artiste Paul Souviron - forme un clin d'oeil aux jeux de combat avec des personnages remplacés par des formes géométriques.

Dans une salle au sous-sol, le patron du musée insiste pour montrer une curiosité: une machine à coudre Singer "connectée", pilotée à l'aide d'une Game Boy de Nintendo. "La Game Boy servait à préparer ses motifs à broder et on les envoyait sur la machine à coudre", s'amuse Jérôme Hatton.

D'autres musées du jeu vidéo et de la micro-informatique existent déjà ailleurs, aux Etats-Unis, au Québec ou en Allemagne.

ATS

 Toute l'actu en bref