Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français, a été attribué mercredi à Alexis Jenni pour son premier roman, "L'art français de la guerre" (Gallimard). Le prix Renaudot a lui couronné le même jour Emmanuel Carrère pour "Limonov" (P.O.L).

Grand favori du Goncourt si convoité, le professeur lyonnais de biologie de 48 ans a été choisi "au premier tour par 5 voix contre 3 à Carole Martinez", a annoncé le jury. Deux autres prétendants étaient en lice, Sorj Chalandon, déjà lauréat du Grand prix du roman de l'Académie française jeudi, Carole Martinez et l'écrivain haïtien Lyonel Trouillot.

Alexis Jenni l'avoue humblement, il se considérait jusqu'ici comme "un écrivain du dimanche". Il s'attelle voici cinq ans à ce livre, récit d'aventure et réflexion sur l'héritage des conflits coloniaux.

Autre favori récompensé

Le prix Renaudot a lui couronné Emmanuel Carrère pour son fascinant "Limonov" (P.O.L), portrait du sulfureux Edouard Limonov, idole underground sous Brejnev, clochard à New York, écrivain branché à Paris et fondateur d'un parti ultranationaliste en Russie.

L'écrivain, qui faisait figure de favori pour ce prix convoité, a été choisi par le jury au deuxième tour par six voix contre quatre à Sylvain Tesson "Dans les forêts de Sibérie" (Gallimard).

Avant de devenir écrivain, scénariste et réalisateur, Emmanuel Carrère, né en 1957 à Paris, a débuté comme critique de cinéma à "Positif" et "Télérama". Ses ouvrages sont traduits dans une vingtaine de langues.

ATS