Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le prix Nobel de chimie 2011 a été décerné mercredi au chercheur israélien Dan Shechtman pour sa découverte des "quasicristaux". Soit des configurations atomiques qui étaient jusqu'alors considérées comme impossibles.

Cette découverte a "fondamentalement modifié la façon dont les chimistes conçoivent la matière solide", précise le comité Nobel dans un communiqué. Interrogé par Radio-Israël, le lauréat s'est dit "ravi" d'être récompensé. Le prix est assorti d'un montant de 1,3 million de francs.

Né en 1941 à Tel Aviv, Dan Shechtman, qui travaille au Technion, l'institut de technologie de Haïfa, a déjà reçu d'autres prix, comme le prix Israël (1998) ou le prix Wolf de physique l'année suivante.

La grande découverte de Dan Shechtman remonte au 8 avril 1982, quand apparaît dans son microscope électronique une image alors jugée contraire aux lois de la nature.

Non périodique

Dans toute matière solide, les atomes, était-il pensé jusqu'alors, étaient agrégés à l'intérieur des cristaux dans des modèles symétriques qui se répétaient périodiquement. Ce que voit Shechtman dans le laboratoire américain où il travaille alors montre que les atomes du cristal observé sont ordonnés de façon non périodique. Une telle propriété était alors jugée impossible.

La découverte de cette nouvelle classe de matériaux provoqua à l'époque une vive polémique. Dan Shechtman s'est même vu demander de démissionner de son unité de recherche. Son combat pour faire reconnaître ses conclusions a conduit au bout du compte les scientifiques à revoir leur conception de la nature même de la matière.

L'un de ses détracteurs les plus virulents fut Linus Pauling, lui-même par deux fois lauréat du Nobel. Mais en 1992, l'Union internationale de cristallographie a modifié sa définition de la constitution du cristal, à la lumière de la découverte de M. Shechtman.

ATS