Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le problème constitué par les coûts élevés du roaming en Suisse ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir, estime Carsten Schloter, directeur général de Swisscom. La nouvelle génération de smartphones devrait y remédier dans un horizon relativement proche.

Celle-ci disposera de cartes SIM intégrées qui pourront être chargées via plusieurs profils avec différents numéros d'appel, indique Carsten Schloter dans une interview accordée à la "SonntagsZeitung". Le roaming est le surcoût appliqué par les opérateurs pour l'utilisation d'un téléphone mobile à l'étranger.

Dans deux ou trois ans, des applications existeront qui permettront aux clients se trouvant à l'étranger de téléphoner ou surfer très simplement en profitant des tarifs locaux de l'opérateur sélectionné. "Le haut niveau de transparence et la concurrence favoriseront des prix très bas", note le patron du géant bleu.

Indifférence

Reste que dans les faits actuels les coûts du roaming, même critiqués, n'incitent guère les consommateurs à changer d'opérateurs. "La plupart des clients adoptent une attitude d'indifférence, parce que les frais de roaming ne constituent qu'une petite part de leurs factures", dit Carsten Schloter.

Ce comportement est confirmé par le concurrent Sunrise. "Les clients ne passent pas en masse de l'opérateur le plus cher à celui qui est le meilleur marché", relève son patron Oliver Steil dans l'hebdomadaire "Sonntag". Selon lui, la concurrence se concentre davantage sur les domaines de l'infrastructure et de la qualité.

ATS