Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Procureur général du canton de Vaud, Eric Cottier annonce jeudi des investigations préliminaires sur les voyages d'élus vaudois, dont Pascal Broulis, en Russie. La démarche doit permettre de décider si une instruction se justifie (archives).

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Interpellé par des élus vaudois, le procureur général lance des investigations préliminaires sur les voyages en Russie du ministre PLR des finances Pascal Broulis. Eric Cottier veut déterminer si une instruction se justifie, écrit ce dernier jeudi.

Mercredi, trois élus de la gauche radicale, à savoir les conseillers communaux lausannois Claude Calame et Pierre Conscience ainsi que le Veveysan Alain Gonthier, ont envoyé un courrier au procureur général du canton. Ils y font état de soupçons entourant des voyages en Russie de Pascal Broulis au côté de Frederik Paulsen, président du groupe Ferring à St-Prex (VD) et consul général honoraire de Russie.

Après un premier examen des faits et la prise en considération des réponses données par le Conseil d'Etat au Grand Conseil mardi, Eric Cottier estime que "des investigations préliminaires doivent être effectuées dans le but de déterminer si une instruction, au sens formel et procédural du terme, se justifie", selon le communiqué du Ministère public.

Broulis reste calme

Se basant sur des informations du Tages-Anzeiger, puis de la RTS, les auteurs de la lettre suggèrent que les statuts fiscaux de Frederik Paulsen et de l'entreprise Ferring "pourraient avoir un lien avec la relation qu'entretiennent le ministre et l'homme d'affaires vaudois". Ils mettent surtout en évidence l'éventuel financement par le second des voyages en Russie qu'il a faits avec le premier, qui pourrait selon eux être constitutif de l'infraction d'acceptation d'un avantage au sens du Code pénal, poursuit Eric Cottier.

Joint par Keystone-ATS, Pascal Broulis ne s'épanche pas. Il dit "rester calme". "C'est une enquête préliminaire et je me tiens à disposition de la justice", ajoute-t-il sobrement.

Pas redevable

La veille, dans une note aux médias, il répétait avoir "participé durant ses vacances et à ses frais à des voyages privés organisés en Sibérie par Eric Hoesli. Frederik Paulsen a participé à certains de ces voyages et je ne lui suis redevable de rien".

Au Grand Conseil, il a par ailleurs indiqué ne pas avoir été en contact avec le dossier fiscal de ce dernier. "Je peux affirmer qu'il a été traité comme il se doit, selon les règles, sans la moindre faveur", a-t-il martelé.

D'autres personnes

Reste que si tous les regards se tournent vers Pascal Broulis, il n'est pas le seul Vaudois à être concerné par la démarche. Le titre du communiqué du Parquet évoque ainsi les "voyages d'élus vaudois en Russie".

Plus loin, on peut lire que les "investigations pourront au demeurant concerner d'autres personnes. Il est notamment rappelé que, s’agissant de ces voyages en Russie, Mme la conseillère aux Etats Géraldine Savary a déjà spontanément déclaré y avoir également participé".

Pas de secret

Contactée par Keystone-ATS, Géraldine Savary répond qu'"il s’agit de voyages privés, organisés par Eric Hoesli, et effectués à mes frais. Je l’ai toujours dit. Ce n’est pas secret".

"Ces voyages n’ont eu aucune influence de quelque nature que ce soit sur mon activité parlementaire. Je n’ai jamais fait aucune intervention liée à la Russie et j'ai toujours combattu les forfaits fiscaux et les statuts spéciaux", ajoute la socialiste. "Rien ne peut m’être reproché de ce point de vue."

La conseillère aux Etats a été "assez étonnée" de découvrir son nom sur le communiqué de presse du Parquet. "Mais je suis à la disposition du procureur et de la justice pour ces investigations préliminaires."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS