Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Pierre Danthine est de retour à l'université américaine de Columbia (New York). Dès cette semaine, l’ancien vice-président de la Banque nationale suisse (BNS) enseigne un cours intitulé "Banques centrales après la crise: une perspective européenne".

L’objectif du cours est de réfléchir et de tirer des leçons à partir de l’expérience de Jean-Pierre Danthine, membre du directoire de la BNS de 2010 à juin 2015. Une période "incroyablement intense", selon le descriptif disponible sur le site de la Columbia Business School.

Avant d'enseigner la macroénonomie et la théorie financière à l'Université de Lausanne, Jean-Pierre Danthine était déjà passé sur le campus américain. Durant son parcours de banquier central, il a d'abord dirigé le 3e département, qui traite notamment des activités liées aux marchés financiers puis le 2e département, en charge de la stabilité financière.

Le Vaudois d'origine belge s'est donc trouvé en première ligne pour mettre en oeuvre le cours plancher de l'euro le 6 septembre 2011. Durant son mandat, la Suisse a aussi été "le premier pays avancé à activer un volant anticyclique de fonds propres", souligne son nouvel employeur.

Parmi les thèmes qui seront abordés en cours apparaissent "le sauvetage d’UBS" ainsi que "l'abolition du taux plancher et les turbulences financières consécutives". Au menu encore "les taux d'intérêt négatifs".

Le départ à fin juin dernier de Jean-Pierre Danthine, qui a fêté ses 65 ans le 16 mai, coïncidait avec sa retraite et la fin de la période administrative 2009-2015. Pour rappel, la Genevoise Andréa Maechler a repris au 1er juillet le siège laissé "latin" vacant, à la tête du 3e département de l'institut d'émission.

ATS