Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Catch a car", la nouvelle offre d'autopartage de la société coopérative Mobility, va se déployer en Suisse. Le projet pilote à Bâle, lancé il y a près de deux ans, a été bien accueilli.

Actuellement, plus de 5000 clients se déplacent avec 120 voitures à Bâle, ont indiqué mercredi les responsables du projet. La cité rhénane va poursuivre la collaboration et des discussions sont en cours avec d'autres villes.

"Catch a car" permet de localiser via smartphone des voitures en temps réel, d'en prendre le volant sans réservation préalable et de les garer sur des places de parc publiques dans le centre-ville. Le projet a démarré en août 2014.

Le service "Catch a car" est principalement utilisé par des jeunes âgés de 18 à 36 ans pour des courts trajets en zone urbaine, en particulier pour des achats et des visites, a constaté l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), chargée d'encadrer le projet.

Impact positif sur l'environnement

Selon l'EPFZ, ce service est un complément utile aux transports publics, en permettant d'effectuer des trajets en zone urbaine à bas prix. Il a également un impact positif sur l'environnement, en contribuant à la baisse du trafic et du nombre de voitures.

"Catch a car" a réduit de 363 le nombre de voitures dans les rues bâloises sur la base du nombre actuel d'utilisateurs. D'après les calculs de l'EPFZ, l'utilisation moyenne des véhicules privés est réduite de 560'000 kilomètres par an, ce qui représente une économie de 45'000 litres d'essence ou 104 tonnes de CO2.

Mobility a créé le service "Catch a car" avec l'aide de quatre partenaires: l'assureur Allianz Suisse, l'importateur d'automobiles Amag, le programme SuisseEnergie et les CFF. Les partenaires vont poursuivre l'aventure. Allianz et Amag entreront dans le capital-actions de l'entreprise lucernoise à partir de l'été.

ATS