Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La saga de l’extension du MAH, rejetée dans les urnes en février dernier, a été élue meilleure « genevoiserie » des douze derniers mois par les journalistes genevois. Une Genferei s’apparente à un projet si mal ficelé qu’il se démonte de lui-même, tout en coûtant très cher.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Les journalistes genevois ont décerné mercredi soir la Genferei d’or 2016 au projet d’agrandissement du Musée d’art et d’histoire (MAH). Ce prix récompense la meilleure "genevoiserie" des douze derniers mois.

La saga de l'extension du MAH, finalement rejetée dans les urnes en février dernier, a été brillamment défendue par Ghufran Bron, journaliste à One FM. Cette dernière a parodié Maria Pérez, élue d'Ensemble à Gauche en Ville de Genève, qui avait mené campagne contre ce projet.

L'affaire du MAH a devancé trois autres nominés pour cette Genferei 2016: les genevoiseries du Canton avec une énième votation sur la traversée du lac, la proposition d'un conseiller d'Etat d'instaurer un péage aux frontières ou encore la proclamation de l'état d'urgence en décembre dernier.

Mais le vote à bulletins secrets de la cinquantaine de journalistes présents à la cérémonie festive a consacré le projet du MAH. Ils ont reconnu que cette affaire remplissait tous les critères d'une bonne Genferei. Souvent raillée au-delà des frontières cantonales, une Genferei s'apparente à un projet si mal ficelé qu'il se démonte de lui-même, tout en coûtant très cher.

Une feuille d'or

Le prix sera remis conjointement à Maria Pérez et Sami Kanaan, conseiller administratif en charge de la culture. Ils recevront une feuille dorée du marronnier fou de la Treille. Cet arbre devance régulièrement le marronnier officiel, dont l'éclosion de la première feuille annonce l'arrivée du printemps.

En 2015, la Genferei d'or avait été attribuée à Eric Stauffer pour l'ensemble de son œuvre. Les précédentes éditions avaient récompensé les SIG qui avaient brassé de l'air, la Cour des Comptes pour sa guerre aquatique, le nouveau réseau chaotique TPG et une bourde protocolaire.

ATS