Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes ont crié victoire mercredi

KEYSTONE/AP/MATHIEU PATTIER

(sda-ats)

Le gouvernement français a décidé d'abandonner le projet d'aéroport controversé Notre-Dame-des-Landes, ont indiqué mercredi plusieurs sources. Il devait répondre à un problème d'engorgement de l'actuel aéroport, situé près de Nantes.

"Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet de Notre-Dame-des-Landes" qui est devenu "l'aéroport de la division", a estimé mercredi le premier ministre Edouard Philippe lors d'une déclaration à la sortie du Conseil des ministres.

L'alternative retenue est d'aménager l'actuel aéroport Nantes-Atlantique qui sera modernisé, a-t-il indiqué. Il a également annoncé le lancement de la procédure pour en rallonger la piste.

"Grande victoire des zadistes"

Matignon avait informé des élus locaux qui ont répercuté la nouvelle les premiers. Philippe Grosvalet, président du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest et président socialiste du conseil départemental de Loire-Atlantique, a dénoncé "une très très mauvaise décision" d'Emmanuel Macron. "C'est la première fois qu'il fait un reniement de sa parole, car il avait dit qu'il ferait l'aéroport."

La maire socialiste de Nantes Johanna Rolland a fustigé une "trahison". Elle a demandé à être reçue par le président pour discuter de l'avenir du Grand Ouest . "Grande victoire des zadistes", a déploré de son côté le patron des sénateurs Les Républicains et ex-président des Pays de la Loire, Bruno Retailleau.

"C'est une immense joie pour tous ceux qui ont lutté contre le projet. Je pense aux anciens de la lutte qui sont partis", s'est pour sa part réjoui Julien Durand, porte-parole de l'Acipa, principale association d'opposants au projet.

"Une décision responsable - enfin ! - après un processus de médiation exemplaire", s'est aussi réjoui l'écologiste Yannick Jadot.

Evacuation de la ZAD

Malgré l'abandon du projet, l'exécutif s'est engagé à mettre un terme à la zone de non-droit de la ZAD. Le premier ministre a donné aux squatters jusqu'au printemps pour quitter les lieux d'eux-mêmes. Il les a aussi sommés de rendre les routes bloquées "à la libre circulation de tous", faute de quoi les forces de l'ordre "procéderont aux opérations nécessaires".

En réponse, le mouvement anti-aéroport s'est engagé à rouvrir les accès. Il a toutefois refusé toute expulsion. Le mouvement devait donner une conférence de presse mercredi après-midi dans une grange servant de lieu de rassemblement en plein coeur de la ZAD.

La zone d'aménagement différée (ZAD), rebaptisée "zone à défendre" par les opposants, s'étend sur 1600 hectares. Elle est actuellement encore occupée par 150 à 200 personnes qui, selon les autorités françaises, en ont fait un "camp retranché".

Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, étaient attendus mercredi sur place. Plusieurs compagnies de CRS seront également à Nantes et Rennes afin d'assurer le maintien de l'ordre en cas de manifestations.

Incertitudes persistantes

Pour ses partisans, le nouvel aéroport devait permettre d'assurer le développement attendu du trafic aérien depuis Nantes, une des villes françaises à la plus forte croissance, face à la saturation attendue de Nantes-Atlantique dans sa version actuelle.

Pour ses opposants, Notre-Dame-des-Landes était devenu un de ces "grands projets inutiles", condamnant un beau bout de bocage au nom du développement d'un mode de transport en contradiction avec les objectifs de la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

L'agrandissement de l'aéroport de Nantes-Atlantique, une option longtemps écartée par les pouvoirs publics, reste toutefois entouré d'incertitudes. Ses partisans assurent qu'il peut être mis sur pied en deux ans, alors que ses opposants affirment qu'"on repart pour dix ans".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS