Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'idée de rendre public l'argent investi dans les campagnes précédant les votations fédérales divise. Par 12 voix contre 10, la commission des institutions politiques du National propose au plénum de rejeter une motion du Conseil des Etats.

Ce texte, que les sénateurs ont adopté par 22 voix contre 18, demande une base légale rendant obligatoire la publication des sources de financement des campagnes de votation. Les comités d'initiative et autres organismes engagés dans le cadre d'un scrutin seraient tenus de communiquer à la Chancellerie fédérale la provenance de leurs moyens financiers.

La Chancellerie publierait ensuite les informations à sa disposition. La motion évoque uniquement les campagnes de votation, laissant tomber à dessein le financement des partis. Les Chambres fédérales ont déjà refusé à plusieurs reprises de faire la transparence dans ce domaine, ont indiqué vendredi les services du Parlement.

Malgré cette portée plus restreinte, le projet n'a pas convaincu la majorité de la commission qui le juge trop difficile à appliquer. Rien qu'identifier les comités et organismes concernés relève de la gageure, selon elle. Et de noter qu'il y a toujours des particuliers qui soutiennent directement les campagnes sans pour autant avoir de contacts avec les comités.

La majorité affirme en outre qu'il ne faut pas surestimer l'influence de l'argent sur le débat politique. La minorité souligne en revanche les écarts considérables entre les moyens engagés par les différents acteurs. Elle estime que les citoyens ont le droit d'être informés de la provenance de ces sommes parfois élevées.

ATS