Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le PS a rédigé un document de 66 pages pour renforcer sa crédibilité en matière de politique migratoire. En résumé, le parti préconise de ne pas restreindre l'immigration, mais de durcir les mesures contre le dumping salarial et l'exploitation.

"Le débat sera parfois difficile", a reconnu le président du PS Christian Levrat mardi. Mais le parti veut se refaire un blason, après que les baromètres ont montré que seuls 9% des électeurs jugent le PS compétent pour résoudre les problèmes migratoires.

"On pourrait douter de la pertinence de ces sondages s'ils ne se recoupaient pas avec un scepticisme croissant dans nos propres rangs face à la libre circulation des personnes", a dit le Fribourgeois.

Fiscalité en cause

La Suisse a connu une immigration très forte au cours des dernières années, reconnaît le PS. Mais ni la libre circulation des personnes ni le régime libéral en matière de migration ne sont à l'origine de cet afflux, selon les socialistes. Et de pointer du doigt la politique fiscale menée pour attirer les sociétés étrangères.

La Suisse accueille ainsi des entreprises sans disposer de suffisamment de main d'oeuvre qualifiée, a souligné la conseillère nationale Jacqueline Fehr (ZH). Une dépendance se développe parce que le pays néglige la formation pour miser sur l'importation de savoir-faire étranger, selon elle.

La vague migratoire provoque un effet de loupe sur tous les problèmes que la Suisse n'a pas affrontés ces dernières années, comme le logement ou les transports, en plus du marché du travail et de la formation, a ajouté Mme Fehr.

Asile plus rapide

Pour le PS, il est illusoire de vouloir contrôler l'immigration à l'aide de contingents ou de restrictions. Pas question non plus de quantifier le nombre de nouveaux migrants admissibles par année.

Pour ce qui est de l'asile, le PS réclame des procédures plus courtes, "dans l'intérêt des requérants". Il faut un dispositif "ferme et résolu" pour que les personnes qui n'ont pas obtenu l'asile au terme d'une procédure équitable quittent la Suisse dans les meilleurs délais.

ATS