Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'émirat désertique du Qatar va lancer un grand programme pour que d'ici 2023, 70% des légumes consommés par ses habitants soient cultivés localement. Soit quatre fois plus qu'actuellement, ont indiqué mardi des responsables du plus grand groupe agricole qatari.

Depuis deux ans, un projet pilote baptisé Zulal Oasis consistant à faire pousser des tomates dans des serres, sans sol et en utilisant de l'eau d'irrigation recyclée, s'est révélée un "grand succès", selon le PDG du groupe Hassad Food qui l'a menée à l'ouest de Doha.

"La technologie s'est révélée parfaitement adaptée au climat du Qatar", a indiqué Nasser Mohamed Al Hajri, en précisant que "les résultats avaient dépassé les attentes concernant le rendement et la qualité".

Face à ce succès, le groupe a décidé d'étendre ce projet afin de permettre d'augmenter de façon notable d'ici huit ans la production locale de légumes. Actuellement, selon la saison, entre 11 et 16% des légumes consommés par les Qatariotes sont cultivés dans l'émirat. L'objectif est d'atteindre 70%.

Concombres, aubergines et courgettes

Le projet test s'est concentré sur les tomates, mais la technique pourra être utilisée pour d'autres légumes populaires au Qatar, comme les concombres, les aubergines et les courgettes.

"La technologie de Zulal Oasis est un modèle de production durable à long terme, avec la capacité de produire des niveaux élevés de récolte douze mois par an, sans tenir compte des saisons", a souligné le PDG de Hassad Food.

La question de la sécurité alimentaire est importante au Qatar, qui importe la grande majorité de la nourriture consommée par ses habitants.

Un programme de sécurité alimentaire national, visant à augmenter l'autonomie du Qatar en terme d'alimentation, a été lancé en 2013 et s'étale jusqu'en 2030.

ATS