Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le réacteur de la centrale nucléaire de Mühleberg (BE) a été stoppé automatiquement mercredi à 13h45, suite à l'arrêt du système d'alimentation en eau. Aucune radioactivité n'a été libérée. En début de soirée, l'installation était autorisée à redémarrer.

"Le réacteur est dans un état sûr", a assuré l'exploitant FMB Energie SA. A aucun moment la population n'a été mise en danger, a-t-il souligné dans un communiqué.

L'incident ne résulte pas d'une défectuosité de la centrale, a précisé à l'ats le porte-parole de FMB Energie, Antonio Sommavilla. En fait, c'est un malentendu lors d'une mesure qui a entraîné cet arrêt.

Des collaborateurs ont procédé à un relevé du système d'alimentation en eau à un autre endroit que prévu. C'est cette mesure effectuée dans le cadre d'un examen périodique qui a provoqué un arrêt du système d'alimentation en eau, ce qui a immédiatement provoqué l'arrêt automatique du réacteur. Le système de sécurité a fonctionné correctement.

L'Inspection fédérale informée

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire a immédiatement été informée et les appareils de mesure n'ont signalé aucune hausse de la radioactivité dans les environs de la centrale.

En début de soirée, elle a donné son feu vert pour le redémarrage de la centrale, car aucun dégât n'a été signalé aux installations et que les trois pompes, assurant l'alimentation en eau, étaient techniquement en ordre.

L'arrêt automatique d'un réacteur ne constitue pas une procédure exceptionnelle en Suisse. Depuis la mise en service des centrales nucléaires à la fin des années 1960, les réacteurs de Mühleberg, de Gösgen, de Leibstadt et de Beznau n'auront connu que trois années (2006, 2010 et 2011) sans un arrêt automatique. Avant 2012, le dernier arrêt automatique de Mühleberg remontait à 2007.

ATS