Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La réduction des glaces dans l'océan arctique dû au réchauffement climatique pourrait expliquer les hivers fortement enneigés et froids de ces dernières années en Europe et dans certaines autres parties de l'hémisphère nord. C'est ce que révèle une étude américaine publiée lundi.

Depuis que la superficie de la banquise est tombée à un niveau record en 2007, des chutes de neiges nettement plus abondantes que la normale ont été observées dans de vastes régions du continent européen, d'Amérique du Nord et de la Chine, soulignent-ils.

Durant les hivers 2009-2010 et 2010-2011, l'hémisphère nord a enregistré ses deuxième et troisième plus fortes accumulations de neige dans les annales.

Les données recueillies de 1979 - début des observations par satellites - à 2010 montrent une diminution d'un million de kilomètres carrés (-29,4%) de la superficie des glaces de l'océan arctique en automne, soit près de deux fois la superficie de la France, précisent les scientifiques de l'Institut de Technologie de Géorgie (sud-est).

Flux d'air chaud bloqués

Cette diminution des glaces arctiques a correspondu à une couverture neigeuse hivernale nettement plus élevée que la normale dans le nord-est des Etats-Unis, le nord-ouest et le centre de l'Europe, ainsi que le nord de la Chine, ajoutent-ils.

"La diminution des glaces de l'océan arctique est liée à des changements dans le circulation atmosphérique de l'hémisphère nord en hiver", souligne Judith Curry, principale auteure de cette communication.

Selon elle, "les modifications dans la circulation de l'air forment plus fréquemment des zones stagnantes de haute pression atmosphérique centrées sur l'Atlantique qui bloquent le flux d'air chaud venant d'ouest et provoquent un flux d'air polaire et de fortes chutes de neige sur l'Europe" et le nord-est de l'Amérique du Nord.

Les conclusions de cette étude, qui confortent celles d'autres recherches, pourraient être utilisées pour améliorer les prévisions météorologiques saisonnières, selon les auteurs.

ATS