Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le peuple devra vraisemblablement se prononcer sur la révision urgente de l'asile entrée en vigueur fin septembre. A quatre semaines du délai référendaire, plus de 60'000 signatures ont été recueillies contre la loi, a annoncé vendredi le comité référendaire.

Plus de 50'000 ont été envoyées aux communes et quelque 24'000 paraphes sont déjà validés. La récolte continuera néanmoins jusqu'au 17 janvier. Selon le comité référendaire, cet aboutissement relativement rapide est un signe très fort contre des nouveaux durcissements de la loi sur l'asile. Il s'en réjouit d'autant plus qu'il l'a fait sans le soutien de grandes organisations.

Le référendum a été lancé par les Jeunes Verts et plusieurs organisations non gouvernementales. Les Verts, le PCS, la Jeunesse socialiste et plusieurs sections locales du Parti socialiste le soutiennent, contrairement au PS suisse.

Mesures contestées

Les opposants à la révision contestent notamment la suppression des demandes d'asile dans les ambassades suisses, la non-reconnaissance de la désertion comme motif d'asile et la création de centres spéciaux pour requérants récalcitrants. Les mesures urgentes sont limitées à trois ans. Elles resteront valables au moins un an, quelle que soit l'issue du référendum.

La désertion ne sera plus un motif d'asile en soi, mais les Erythréens qui refusent de servir pourront toujours obtenir le statut de réfugié en raison des persécutions et tortures qui les menacent chez eux, a rappelé vendredi Mario Gattiker, directeur de l'Office fédéral des migrations (ODM), lors d'une rencontre avec les médias.

Accélération des mesures

La fin des demandes d'asile en ambassade n'empêche pas le regroupement familial: 249 personnes ont obtenu ce trimestre un visa pour rejoindre un parent en Suisse. Avant, une bonne partie aurait déposé une demande d'asile, a estimé M. Gattiker. Les personnes dont la vie ou l'intégrité est concrètement menacée peuvent aussi demander en ambassade un visa humanitaire Schengen valable trois mois.

Selon le patron de l'ODM, les mesures urgentes vont surtout accélérer les procédures. La création de centres pour requérants récalcitrants, l'affectation de constructions de la Confédération pour l'hébergement, les phases de test de nouvelles procédures d'asile devraient y contribuer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS