Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après la tentative de coup d'Etat, le régime turc a fermé plus de 130 organes de presse, dont 45 journaux (archive).

KEYSTONE/EPA/TOLGA BOZOGLU

(sda-ats)

La Turquie a ordonné la fermeture de plus de 130 organes de presse, a annoncé mercredi un responsable. Ces fermetures interviennent dans le cadre d'une vaste répression suivant la tentative de coup d'Etat du 15 juillet.

Il s'agit de 45 journaux, 29 maisons d'édition, 23 stations de radio, 16 chaînes de télévision, 15 magazines et 3 agences de presse, informe le journal officiel.

Cent quarante-neuf généraux et amiraux ont également été congédiés de l'armée turque, a annoncé un responsable turc. "Ils ont été limogés pour leur complicité dans la tentative de coup d'Etat", a-t-il déclaré, précisant qu'il s'agissait de 87 hauts gradés de l'armée de terre, 30 de l'armée de l'air et 32 de la marine.

Les nouvelles mesures prises par Ankara ne manqueront pas de soulever les inquiétudes les associations de droits de l'homme, ainsi que des alliés occidentaux du pays. Ces derniers redoutent de voir le président Recep Tayyip Erdogan profiter de la tentative ratée de coup d'Etat pour accentuer son emprise sur le pays.

Lors d'un point de presse, le porte-parole du département d'Etat américain a ainsi dit que les Etats-Unis, tout en comprenant la nécessité éprouvée par la Turquie d'arrêter les auteurs du putsch, voyaient l'arrestation d'encore plus de journalistes comme une évolution "troublante".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS