Toute l'actu en bref

La voie est dégagée pour le rachat de la société biotechnologique bâloise Actelion par le géant américain de la santé Johnson & Johnson (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Les actionnaires de la biotech bâloise Actelion ont approuvé la scission des activités de recherche et développement (R&D) dans une nouvelle entité indépendante. La voie est libre pour le rachat du groupe par le géant américain Johnson & Johnson.

"Après deux décennies de grands succès, qui se sont traduites par une hausse sans précédent de plus de 2000% du cours de l'action depuis notre introduction en Bourse, un nouveau chapitre s'ouvre pour Actelion", a déclaré mercredi le président du groupe, Jean-Pierre Garnier, à l'issue de l'assemblée générale à Allschwil (BL).

Les 384 actionnaires présents, représentant 51,13% du capital, ont approuvé à une large majorité toutes les propositions du conseil d'administration. Les actionnaires ont notamment accepté le versement d'un dividende en nature, sous la forme d'une action de la future entité.

Tous les administrateurs ont été reconduits dans leurs fonctions jusqu'à la finalisation du rachat. Ils ont aussi avalisé à partir de cette date les cinq candidatures présentées par Janssen, filiale de Johnson & Johnson. Ludo Ooms, Claudio Cescato, Andrea Ostinelli, Pascal Hoorm et Julian Bertschinger devraient ainsi rejoindre prochainement l'organe de surveillance.

Rachat à 30 milliards

Johnson & Johnson (J&J) a annoncé la semaine passée que son offre publique d'achat était un succès et lui assurait le contrôle de 77,2% des droits de vote d'Actelion.

J&J propose aux actionnaires d'Actelion 280 dollars en espèces pour chaque titre en leur possession. Annoncé fin janvier, le raid amical du géant américain actif dans les produits pharmaceutiques et de santé, ainsi que dans les appareils médicaux, valorise la firme rhénane à quelque 30 milliards de francs. Comme prévu, la transaction devrait être bouclée au 2e trimestre.

Décotation d'Actelion

Johnson & Johnson détachera les activités de recherche et développement du laboratoire bâlois. Celles-ci seront regroupées dans la société Idorsia, laquelle sera cotée à la Bourse suisse et dirigée par Jean-Paul Clozel, fondateur et directeur général d'Actelion.

Quant au groupe Actelion, il sera retiré de la Bourse suisse. "Je suis confiant dans le fait que le groupe va continuer à croître et à prospérer dans le giron de Johnson & Johnson", a affirmé Jean-Pierre Garnier.

Capital de départ

La société démarrera ses activités avec un effectif de quelque 650 collaborateurs, dont 380 dans la recherche. Idorsia pourra puiser dans un capital de départ d'un milliard de francs, libre de dette. Johnson & Johnson s'est engagé à fournir 420 millions en liquide et à accorder un prêt convertible de 580 millions.

Le groupe américain propose également une facilité de crédit de 250 millions de francs. Johnson & Johnson détiendra initialement 16% des parts de la nouvelle entité et pourra porter sa participation à 32% moyennant l'exercice de conversion de son emprunt.

ATS

 Toute l'actu en bref