Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le partage de la dépouille d'Air Berlin suscite des inquiétudes du point de vue de la concurrence (archives).

KEYSTONE/AP/MICHAEL SOHN

(sda-ats)

Certaines autorités de régulation et compagnies concurrentes craignent un risque d'abus de position dominante de Lufthansa, après l'annonce du rachat d'une grande partie des actifs d'Air Berlin par le groupe allemand de transport aérien.

Lufthansa, qui contrôle Swiss par ailleurs, a renforcé jeudi sa position de numéro un allemand du transport aérien en mettant la main sur des actifs de la compagnie en faillite pour 210 millions d'euros (242 millions de francs).

La direction de la concurrence autrichienne (BWB) a dit déceler un risque d'abus de position dominante de Lufthansa sur un nombre important de lignes au départ et à l'arrivée de Vienne après l'absorption de la filiale Niki d'Air Berlin et elle prévoit d'en informer la Commission européenne.

"Nous percevons un monopole anticoncurrentiel de Lufthansa à Vienne et sur plusieurs lignes après la reprise de Fly Niki", a dit une porte-parole de la BWB vendredi. "Nous ferons part de nos préoccupations à la Commission européenne."

La Commission européenne n'a pas de commentaire à faire, a dit un porte-parole de l'exécutif européen, ajoutant qu'elle n'avait pas encore été officiellement informée de cet accord.

EasyJet pour un rachat

EasyJet a en outre déclaré vendredi soir être en négociation pour acquérir jusqu'à 25 avions A320 qui étaient exploités par Air Berlin dans l'aéroport berlinois de Tegel. La compagnie britannique à bas coût opère actuellement depuis l'aéroport berlinois de Schönefeld.

Les compagnies concurrentes de Lufthansa s'inquiètent également de cet accord. Le directeur général de Ryanair , Michael O'Leary, a estimé qu'il s'agissait d'un "coup monté", affirmant que cela donnerait à Lufthansa 95% du marché intérieur allemand. Ryanair a dit vouloir porter l'affaire devant les instances européennes.

Lufthansa a répondu à ces accusations en arguant que cette opération ne devrait pas seulement être examinée du point de vue du marché allemand, mais de l'Europe dans son ensemble.

Part de marché grossie

Lufthansa dit disposer d'une part de marché de 34% sur les liaisons à destination et en provenance d'Allemagne, tandis qu'Air Berlin en avait 14%. Avec la reprise de certains actifs d'Air Berlin, le groupe estime que sa part restera inférieure à 48%, ce qui, selon Lufthansa, équivaut à la part de marché de Ryanair en Irlande.

Willie Walsh, le directeur général de IAG, la maison-mère de British Airways, a dit pour sa part constater des problèmes de concurrence "significatifs" avec cet accord, qui verrait Lufthansa reprendre environ 80 des 130 avions d'Air Berlin.

Le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, a déclaré jeudi s'attendre à ce que l'accord soit approuvé d'ici à la fin de l'année.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS