Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse se dote d'outils pour mesurer le racisme de sa population. Entre 2010 et 2014, le phénomène a diminué, sauf sur le lieu de travail.

Les opinions hostiles à l’égard des musulmans ont diminué passant de 45% en 2010 à 19% en 2014, ont expliqué Claude Longchamp, le directeur de l'institut gfs.bern et Martina Imfeld, responsable de la recherche jeudi devant la presse à Berne. La défiance à l’égard de la religion en soi, l’islam, a enregistré quant à elle une baisse de 45% à 33%.

Cette évolution pourrait s’expliquer par les discussions liées à l’initiative contre la construction de minarets de novembre 2009. "Les événements influent sur le racisme contre les musulmans", a souligné l'homme au noeud papillon.

Etude tous les deux ans

Il y a donc fort à parier que les récents événements survenus à la rédaction de "Charlie Hebdo" et au supermarché juif de Paris, début janvier, comme les exactions commises par l'Etat islamique joueront un rôle dans l'opinion, qui sera décelé lors des prochaines études. Car cette étude-pilote sera reconduite tous les deux ans, comme l'a décidé mercredi le Conseil fédéral.

Les opinions antisémites ont pour leur part reculé de 15% (2010, 2012) à 11% (2014). Ce taux est resté stable même après les frappes israéliennes sur Gaza l’été dernier, alors qu'elles avaient soulevé une vague d'antisémitisme au niveau international.

"L'antisémitisme en Suisse a des racines historiques et concerne un socle stable de la population, qui bouge peu, quels que soient les événements", a poursuivi le politologue. Le sentiment anti-musulman est quelque chose de "plus récent, qui date environ d'une dizaine d'années" et qui est très sensible à l'actualité.

Un Suisse sur 4 xénophobe

Si l'on parle de racisme dans un sens plus large, il a aussi diminué entre 2010 et 2014. En 2014, 24% des personnes interrogées avaient une attitude systématiquement xénophobe. Elles étaient 30% en 2010.

A l'inverse, l’importance que revêt la nationalité de collègues de travail potentiels a connu pour sa part une augmentation de 18% (2010) à 27% (2014).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS