Le rapporteur spécial de l'ONU sur la Corée du Nord veut "une amnistie générale" en Corée du Nord après la libération récente de trois Américains. Dans le contexte du sommet Trump-Kim, il s'est aussi dit jeudi à Genève favorable à des exemptions des sanctions.

Une libération "graduelle" des détenus arbitraires constituerait un "engagement" important du gouvernement nord-coréen, a dit devant la presse Tomas Ojea Quintana. Son mandat précédent comme rapporteur sur la Birmanie lui a montré que des "avancées" politiques sont notamment obtenues grâce à de telles relaxes.

Selon des chiffres datant d'il y a quatre ans, au moins 80'000 personnes seraient détenues, surtout dans des camps.

Autre demande avant le sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un prévu mardi prochain à Singapour, M. Quintana veut un effort pour les droits économiques, sociaux et culturels des Nord-Coréens. Et il a à nouveau demandé aux autorités de Pyongyang un accès au territoire de ce pays.

Le rapprochement inter-coréen et le sommet avec les Etats-Unis doivent changer l'attitude de Pyongyang. Le rapporteur a jugé qu"il est temps" pour la Corée du Nord de dialoguer avec lui. "Commencez à parler", a dit M. Quintana. Il se rendra fin juillet en Corée du Sud et souhaite pouvoir rejoindre le voisin du Nord.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.