Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ravisseur présumé de Chloé a affirmé qu'il était tombé sur elle "par hasard" alors qu'"il cherchait une victime", ont expliqué lundi les enquêteurs allemands. L'adolescente a été retrouvée vivante vendredi dans le coffre d'une voiture en Allemagne une semaine après sa disparition.

Les enquêteurs, que ce soit côté allemand ou français, n'ont pas confirmé que la jeune fille leur ait parlé de viols. Mais l'information judiciaire ouverte en France pour enlèvement et séquestration vise aussi des faits de cette nature.

L'homme mis en examen, âgé de 32 ans et originaire du Gard, "cherchait une victime, il roulait dans une voiture volée, et par hasard il est arrivé à l'endroit où elle habitait", a expliqué lundi le procureur d'Offenbourg lors d'une conférence de presse.

"Et par hasard à ce moment-là elle rentrait à la maison, il l'a vue et a décidé de l'enlever", a-t-il ajouté. Il a précisé que le suspect avait fourni très peu d'autres éléments aux enquêteurs allemands, préférant, sur les conseils de son avocat, faire usage de son droit au silence.

Chloé avait été entendue vendredi dans la soirée par un juge allemand, avant d'être ramenée chez elle, samedi, par ses parents venus la récupérer.

Extradition

Un mandat d'arrêt européen a été émis par la France à l'encontre du suspect incarcéré depuis samedi en Allemagne, en vue de son transfert.

"Vu que le suspect et la victime sont Français tous les deux, et que les délits se sont déroulés surtout en France, de notre point de vue il n'y a rien qui s'oppose à une extradition rapide", a déclaré le procureur d'Offenbourg, sans préciser davantage le délai de l'opération.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS