Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le prix Renaudot des lycéens a été attribué mardi à Delphine de Vigan pour "Rien ne s'oppose à la nuit" (Lattès), une plongée au coeur de la mémoire familiale et des secrets les plus enfouis. Les lycéens avaient à départager huit romans.

Ces derniers avaient été choisis dans la première liste du prix Renaudot, décerné le 2 novembre à Emmanuel Carrère pour "Limonov". Delphine de Vigan, couronnée en septembre par le Prix Fnac du roman et la semaine dernière par le Prix Roman France Télévisions, a été éliminée des sélections des grands prix littéraires d'automne.

"Rien ne s'oppose à la nuit" figure en tête des meilleures ventes depuis la rentrée. Auteur en 2007 du best-seller "No et moi", vendu à 400'000 exemplaires et adapté à l'écran l'an dernier par Zabou Breitman, de "Jours sans faim" et de "Des heures souterraines", Delphine de Vigan a déjà exploré la veine autobiographique.

Mais la romancière de 45 ans s'attaque dans ce roman à un sujet plus douloureux: le suicide de sa mère, une femme lointaine et d'une grande beauté qui sombre dans la folie. Créé en 1992 à l'initiative de l'association des amis de Théophraste Renaudot, ce prix regroupe aujourd'hui onze lycées des académies de Poitiers, Limoges et Nantes.

ATS