Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les sénateurs de Caroline du Sud ont massivement voté mardi en faveur du retrait du drapeau confédéré qui flotte devant le parlement local. Considéré comme un symbole de racisme, il suscite le malaise depuis le massacre de neuf Noirs dans une église de Charleston.

Par 36 voix pour et trois voix contre, les sénateurs ont approuvé en troisième lecture une proposition de loi visant à retirer le drapeau. Il flotte depuis une quinzaine d'années à côté d'un monument du souvenir de la Guerre de Sécession (1861-1865), dans les jardins du parlement de Columbia, la capitale de l'Etat.

Le retrait du drapeau va être désormais soumis au vote de la Chambre des représentants locale. Ses 124 membres doivent eux aussi l'approuver aux deux tiers.

Le retrait de cette bannière, régulièrement critiquée par les associations noires car symbolisant l'esclavage, a été demandé depuis le massacre de neuf Noirs le 17 juin dans une église de Charleston par un partisan de la suprématie blanche.

Quelques opposants

Le pasteur et sénateur Clementa Pinckney, à qui ses collègues ont rendu hommage en accueillant sa veuve, faisait partie des victimes. Son pupitre avait été recouvert d'un drap noir pendant les deux jours de débats, lundi et mardi.

Les quelques opposants au retrait du drapeau ont fait un round d'honneur en évoquant avant le vote l'histoire du Sud. La gouverneure républicaine de Caroline du Sud Nikki Haley avait appelé le 22 juin les élus à voter le retrait du drapeau à la suite de la tuerie.

ATS