Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le sénateur américain John McCain, âgé de 80 ans, avait été opéré vendredi afin de retirer un caillot sanguin au-dessus de son oeil gauche (archives).

KEYSTONE/AP/JACQUELYN MARTIN

(sda-ats)

Le sénateur américain John McCain, ancien prisonnier de guerre et candidat républicain à la présidentielle en 2008, souffre d'une tumeur au cerveau. Son bureau l'a annoncé mercredi.

John McCain, âgé de 80 ans, avait été opéré vendredi afin de retirer un caillot sanguin au-dessus de son oeil gauche. Les examens "ont révélé qu'une tumeur du cerveau, connue sous le nom de glioblastome, était associée au caillot sanguin", écrit la clinique Mayo où il est soigné dans l'Arizona, dans un communiqué publié par son bureau.

John McCain est actuellement en convalescence chez lui et se remet "très bien" selon ses médecins. "Le sénateur et sa famille étudient les possibilités de traitement", qui pourraient inclure de la chimiothérapie et des rayons, ajoute le texte.

John McCain "remercie les médecins et le personnel de la Mayo Clinic pour les soins excellents, et il est certain que tout traitement futur sera efficace", a de son côté déclaré le bureau du sénateur.

Les messages de sympathie et prières ont immédiatement abondé de tous les bords de l'échiquier politique pour cet homme incontournable de la chambre haute du Congrès, où il a été élu pour la première fois en 1986.

Obama, Clinton, McConnell

L'ancien président des Etats-Unis, Barack Obama, qui avait battu John McCain à la présidentielle de 2008 a lui aussi salué "ce héros américain" via Twitter. "Le cancer ne sait pas à qui il a affaire. Fais-lui vivre un enfer, John", a-t-il écrit.

"Il n'y a pas plus courageux que John McCain", a tweeté Hillary Clinton, qui l'a connu lorsqu'elle était sénatrice.

"John McCain est un héros de notre groupe parlementaire et un héros de notre pays", a déclaré le chef républicain du Sénat, Mitch McConnell. "Il n'a jamais reculé devant un combat, et je sais qu'il fera face à ce défi avec le même courage extraordinaire qui a défini sa vie.

Son collègue de l'Arizona, le sénateur Jeff Flake, a annoncé qu'il lui avait parlé. "Un diagnostic dur, mais un homme encore plus dur", a-t-il tweeté.

Son absence forcée a réduit d'une personne la majorité républicaine déjà mince du Sénat, de 52 à 51 membres, sur 100. Au Congrès, les élus doivent impérativement voter en personne.

ATS