Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bernie Sanders, candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle aux Etats-Unis, a brièvement rencontré le pape samedi matin au Vatican. "C'est un homme merveilleux. Je ne suis pas catholique, mais une lumière émane de lui", a confié le sénateur du Vermont.

"Je lui ai simplement fait part de mon admiration pour le travail extraordinaire qu'il accomplit en soulevant certaines des questions les plus importantes auxquelles soient confrontés notre planète et ses milliards d'habitants et en injectant la nécessité de la morale dans l'économie mondiale", a indiqué le sénateur à ABC News.

L'audience privée s'est déroulée avant le départ du pape l'ìle grecque de Lesbos. M. Sanders, qui était accompagné de son épouse, et le pape argentin ont discuté environ cinq minutes. L'épouse de sénateur du Vermont, Jane, est catholique, mais le candidat démocrate se présente lui-même comme un juif laïc.

L'économiste Jeffrey Sachs, qui enseigne à l'université de Columbia, a assisté à cet entretien qui, a-t-il dit, s'est déroulé à la résidence Sainte-Marthe, où séjournent les visiteurs du Vatican et où le pape est resté après son élection, en 2013.

Le sénateur démocrate, qui a participé vendredi à une conférence organisée au Vatican sur la justice sociale, a passé la nuit dans la résidence des visiteurs. Le Vatican avait déclaré avant sa venue qu'aucune audience n'était prévue avec le pape, qui n'a pas assisté aux échanges de la conférence sociale.

"Le pape a remercié le sénateur d'être venu à cette conférence et d'avoir parlé d'économie morale", a poursuivi Jeffrey Sachs. "Cela n'avait absolument rien de politique, voilà un sénateur qui parle de l'économie morale depuis des décennies", a-t-il ajouté.

Dans son discours devant l'académie pontificale des sciences sociales, Bernie Sanders, dont les thèmes de campagne rejoignent les préoccupations du pape François, a décrit vendredi le fossé "immoral" qui s'est creusé entre les riches et les pauvres. "La situation est pire aujourd'hui. En 2016, les 1% de personnes les plus riches de cette planète possèdent plus de richesses que les 99% restants", a dit le sénateur du Vermont.

Bernie Sanders, né à Brooklyn de parents juifs polonais, a affirmé que son déplacement au Vatican ne visait pas à s'attirer le vote catholique, mais à témoigner de son admiration pour le pape argentin. Il doit reprendre dimanche le fil de sa campagne avant la primaire démocrate de mardi prochain dans l'Etat de New York.

ATS