Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa) a annoncé jeudi renoncer à tenter de renouer les liens avec le satellite à télescopes Astro-H/Hitomi, qui devait notamment observer des trous noirs. Endommagé, il est muet depuis un mois.

"Nous avons jugé que le satellite était désormais dans un état qui ne laisse plus espérer la possibilité de recouvrer ses fonctions" a expliqué un haut responsable de la Jaxa, Saku Tsuneta, lors d'une conférence de presse diffusée sur l'internet.

Astro-H (membre d'une lignée de plusieurs satellites d'observation conçus et exploités les uns après les autres) a été développé en collaboration avec 70 institutions japonaises, l'agence spatiale américaine Nasa et son homologue européenne ESA.

"Nous présentons nos plus profondes excuses à ceux qui ont participé au projet", écrit la Jaxa.

Observation des trous noirs

Les ingénieurs de cette organisation, aidés par d'autres techniciens aux Etats-Unis et ailleurs, avaient jusqu'à présent mis en oeuvre d'importants moyens pour connaître les raisons des dysfonctionnements et analyser les moyens d'éventuellement rétablir la communication avec cet Astro-H destiné à résoudre une partie des mystères de l'univers, via notamment l'observation des trous noirs.

Mais la partie s'est révélée trop complexe et l'agence a estimé qu'il était impossible de le faire revenir dans le droit chemin.

Astro H n'a plus répondu depuis le 26 mars, un mois après son placement dans l'espace, et s'est mis à effectuer des mouvements anormaux. Ces derniers étaient dus à des jugements incohérents de sa propre situation suite à ce qui apparaît être une erreur de paramétrage, avait compris la Jaxa il y a deux semaines.

Perdu des morceaux

"Astro-H a mal analysé son état et a tenté par erreur de rectifier son attitude, mais il s'est mis à tourner anormalement et a perdu des panneaux solaires et vraisemblablement d'autres morceaux", avait détaillé alors le directeur du programme, Takashi Kubota.

Astro-H/Hitomi était un engin de 14 mètres de long sur 9 de large et pesant 2,7 tonnes. Il embarquait 200 miroirs de recueil et concentration des rayons X vers des instruments de dernière génération, dont quatre télescopes et deux détecteurs à rayons X.

Ce projet d'un coût de 31 milliards de yens (272 millions de francs) avait été pensé pour apporter des éléments de réponse inédits à des questions universelles comme: "Quelles sont les lois de la physique dans des conditions extrêmes? Que s'est-il passé au moment de la création de l'univers? Comment les galaxies se sont-elles formées et ont-elles évolué? Comment grandissent les trous noirs et quelle est leur influence alentour?"

ATS