Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mine San Jose - Le sauvetage des mineurs bloqués depuis deux mois au fond d'une mine du Chili est entré dans sa dernière phase dimanche. L'objectif est de ramener à la surface les "33" autour de mercredi. Autant dire que c'est l'effervescence sur place, notamment pour les familles.
"Le sauvetage arrive", a déclaré le père de Carlos Barrios, l'un des mineurs bloqués entre 600 et 700 m de profondeur depuis un éboulement survenu le 5 août dans cette mine d'or et de cuivre isolée en plein désert d'Atacama (nord).
Moins de 24 heures après avoir terminé le premier puits d'évacuation des mineurs, les secouristes ont entamé dans la nuit de samedi à dimanche la pose des tubes métalliques de six mètres de large destinés à faciliter le passage de la capsule "Phénix", qui remontera les mineurs un par un. Au total, ils doivent en poser 16 et les souder au fur et à mesure, afin de gainer les 96 premières mètres du puits de 622 mètres de profondeur.
L'opération prendra environ un jour et demi, selon le ministre des Mines Laurence Golborne, et il faudra 48 heures supplémentaires pour installer en surface le dispositif, avec la nacelle métallique treuillée par une grue. Hisser tous les mineurs devrait prendre un jour et demi à deux jours, à raison d'une heure ou un peu plus par personne.
"Happy end"
Le moral sur le site envahi par des centaines de journalistes du monde entier, venus assister au "happy end" de cette histoire de survie souterraine sans précédent, ne cesse de s'améliorer. Alors que les autorités tablaient sur trois à quatre mois de travaux pour sortir les mineurs de la mine, quand ils ont été repérés 17 jours après l'accident, le 22 août, les délais n'ont cessé d'être revus à la baisse.
Samedi matin, les familles ont déjà célébré la jonction entre le puits de secours et la galerie où se trouvent les mineurs, embrassant avec effusion les ingénieurs et secouristes ayant travaillé sur le forage. "C'est une sensation très forte. J'imagine ce que doit ressentir mon frère là-bas, à l'intérieur" de la mine, a déclaré, en larmes, Gaston Henriquez.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS