Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le tourisme helvétique doit canaliser ses efforts sur la population suisse et la classe moyenne, estime Dominique de Buman. Le président de la Fédération suisse du tourisme (FST) appelle les acteurs du secteur à tirer à la même corde.

"Les touristes autochtones, qui ne souffrent pas du franc fort, continuent de représenter les principaux moteurs du chiffre d'affaires", a souligné le conseiller national (PDC/FR) vendredi à Lucerne lors de la 83e assemblée générale de la Fédération suisse du tourisme.

Selon lui, il faut notamment proposer des prix abordables aux familles. Depuis la suppression du cours plancher de l'euro à la mi-janvier, le tourisme suisse se trouve plus que jamais dans une situation critique, relève le président de la FST.

"Le tourisme se voit quelque peu coller l'image d'un secteur qui ne fait que se lamenter. C'est dommage, car il existe beaucoup d'entreprises qui font face à cette situation et qui essaient d'en tirer le meilleur parti", a ajouté Dominique de Buman.

Le président de la Fédération suisse du tourisme reste néanmoins confiant, malgré tous les défis à relever. "En Suisse, les temps difficiles ont toujours stimulé la créativité". Le tourisme en tant que secteur économique indépendant est né il y a 150 ans d'une situation d'urgence, a-t-il rappelé.

Situation d'urgence

Dans les vallées de montagne, les paysans ont saisi l'occasion d'emmener des étrangers aux sommets. Considérée au début comme une solution de niche, l'activité s'est transformée en une nouvelle manne financière à croissance rapide, a fait remarquer Dominique de Buman.

A ses yeux, il est indispensable de ne pas agir les uns contre les autres au sein de la profession. Le président de la FST a exhorté les acteurs de la branche à tirer à la même corde et à s'inspirer du secteur agricole. "Cette approche est parfaitement maîtrisée par la branche agricole, même si les agriculteurs n'ont pas tous les mêmes intérêts à défendre".

Invitée à l'assemblée générale, la conseillère fédérale Doris Leuthard a encouragé la Fédération suisse du tourisme à relever les défis par l'innovation, la qualité et la mise en réseau. Selon l'Argovienne, un bon rapport qualité-prix et des offres de qualité, axées sur la clientèle, sont les clés d'un avenir prometteur pour la branche.

ATS