Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2017, 231 personnes ont perdu leur statut de réfugié après être rentrées dans leur pays d'origine (archives).

KEYSTONE/TIPRESS FOR KEYSTONE/PABLO GIANINAZZI

(sda-ats)

Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a retiré le statut de réfugié à 231 personnes en 2017. Ces dernières étaient retournées dans leur pays d'origine.

Les ressortissants du Vietnam (71 retraits) ont été les plus fortement touchés. Suivent les Irakiens (60) et les ressortissants de Bosnie-Herzégovine (30). Un porte-parole du SEM a confirmé à l'ats les chiffres publiés par la Schweiz am Wochenende.

Le chiffre est en augmentation de 86 cas par rapport à l'année précédente. Cette augmentation est due à la "cellule retour au pays", créée en 2015, suppose le SEM. De plus, la collaboration avec les offices cantonaux est plus étroite. Les autorités douanières analysent plus efficacement les données des passagers afin d'identifier les réfugiés qui rentrent dans leur pays.

Fardeau de la preuve

Début mars, le Conseil fédéral a proposé de renforcer l'application de l'interdiction faite aux réfugiés reconnus de voyager dans leur Etat d'origine ou de provenance. La règle qui existe déjà sera inscrite dans la loi et le fardeau de la preuve sera renversé.

La loi partira du principe que les réfugiés qui se rendent dans leur pays se placent de nouveau volontairement sous la protection de cet Etat. Les concernés devront prouver que ce n'est pas le cas dans la procédure immédiatement engagée pour leur retirer la qualité de réfugié. Le Parlement doit se prononcer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS