Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Markus Seiler, le directeur du Service du renseignement de la Confédération, a présenté lundi le rapport de situation "La sécurité en Suisse".

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

En Suisse, le Service de renseignement a identifié 400 personnes qui ont des liens avec le djihadisme sur Internet. Environ 70 autres individus ont été identifiés comme des "voyageurs du djihad" et présentent une menace particulière.

Jusqu'à présent, 73 voyageurs du djihad se sont rendus dans des zones de conflits, notamment dans les territoires sous contrôle de l'"Etat islamique", a indiqué lundi Markus Seiler, le directeur du Service de renseignement de la Confédération (SRC). Douze personnes sont revenues en Suisse.

Selon M. Seiler, elles représentent une menace concrète pour la sécurité intérieure. Des procédures pénales ont été ouvertes à leur encontre.

Après les attentats de Paris et de Bruxelles, la menace est en permanence élevée, a rappelé M. Seiler. Des personnes isolées et radicalisées peuvent commettre des attentats en Suisse. La Suisse n'est toutefois pas une cible prioritaire des organisations terroristes.

L'espionnage est une autre préoccupation du service de renseignement. Il veut sensibiliser les entreprises, les hautes écoles et les instituts de recherche suisses aux menaces et aux risques qui y sont liés. Dans le cadre du programme Prophylax, il a produit le court-métrage "En ligne de mire" sur cette thématique.

ATS