Toute l'actu en bref

La recherche agronomique pourra être maintenue en Valais. Le canton propose de racheter à la Confédération le domaine d'Agroscope à Conthey et de l'exploiter. En contrepartie, Berne s'engage à maintenir les emplois et les activités de recherche sur le long terme (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

L'avenir de la recherche agronomique est assuré en Valais. Le canton et la Confédération ont trouvé une solution pour maintenir les activités du site du centre de compétences fédéral Agroscope.

Le canton s'engage à racheter les bâtiments du site de Conthey (VS) et assurera l'exploitation du domaine agricole, a annoncé mardi le chef du Département cantonal de l'économie Jean-Michel Cina. La Confédération s'engage à développer ses activités de recherche pour les vingt prochaines années.

Les contrats doivent être signés dans le courant du printemps. Le prix et les conditions d'achat seront définis lors des négociations à venir. Le conseiller d'Etat espère une décision du Grand Conseil en automne pour une mise en oeuvre de l'accord au début 2018.

Réduction de coûts

Agroscope a procédé à plusieurs ajustement au cours des quatre dernières années. Les différentes institutions du centre de compétences ont été réunies. Il a optimisé ses infrastructures et renforcé la collaboration avec les cantons.

L'objectif est de réduire les coûts d'infrastructure pour se concentrer sur les activités principales de recherche, a expliqué le chef Agroscope Michael Gysi. A Conthey, l'arboriculture, les cultures sous serre, les plantes médicinales et aromatiques ainsi que les baies seront les principaux axes de recherche.

Positif pour le Valais

Le maintien d'une activité de recherche agronomique en Valais est important aux yeux de Jean-Michel Cina. Le Valais est le premier canton arboricole de Suisse avec un tiers de la surface nationale d'arbres fruitiers.

L'accord trouvé avec la Confédération permettra une meilleure intégration entre recherche fondamentale, recherche appliquée et vulgarisation. Le domaine d'Agroscope sera exploité par le service cantonal de l'agriculture. Les échanges avec l'école d'agriculture, et les pôles de compétences PhytoArk et Médiplant seront facilités.

Pour Jean-Michel Cina, le canton et la Confédération sont tous deux gagnants. La Confédération pourra diminuer ses frais. Les emplois, une trentaine environ, sont conservés. Le Valais gagne un domaine agricole et s'ouvre de nouvelles possibilités de collaboration, par exemple dans le domaine de la viticulture.

ATS

 Toute l'actu en bref