Toute l'actu en bref

Le centre sportif de Verbier, qui était en pleine transformation, a subi des dommages considérables dans l'incendie qui s'est produit vendredi. Samedi, des badauds venaient observer les décombres.

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Au lendemain de l'incendie qui a ravagé le centre sportif de Verbier (VS), le site était samedi encore sous la surveillance d'une vingtaine de pompiers pour prévenir tout redémarrage de flammes. Tout le périmètre est bouclé et sécurisé jusqu'à nouvel avis.

Des badauds affluent sur les lieux pour observer les décombres du bâtiment, qui était en pleine rénovation. "On recense facilement 20 à 30 personnes par heure qui viennent constater les dégâts", a indiqué Louis-Ernest Sidoli, chef du service sécurité à la commune de Bagnes, interrogé par l'ats.

Comme le périmètre est fermé, ces curieux ne posent pas de problème. "Les voitures ne peuvent pas s'approcher du site et les badauds à pied sont dirigés", explique M. Sidoli.

Millions de francs de dégâts

L'incendie qui s'est déclaré vendredi vers 13h30 et a été maîtrisé à 16h30 n'a pas fait de blessés, mais les dégâts matériels sont considérables. Ils se chiffrent probablement à plusieurs dizaines de millions de francs.

Les causes ne sont toujours pas connues. Le feu serait parti du toit du restaurant de l'ancien centre sportif en voie de démolition. Il s'est ensuite propagé à l'ensemble du complexe qui comprend une piscine, un restaurant, une patinoire et une nouvelle halle omnisports.

Des ouvriers étaient en train de travailler sur le chantier lorsque le sinistre s'est déclaré. Une vingtaine de bonbonnes de gaz utilisées sur le chantier ont explosé sous l'effet de la chaleur, projetant des débris à quelque 500 mètres. Les pompiers ont dû utiliser des nacelles pour éteindre le feu par le haut.

Habitants cloîtrés

Le risque d'explosion et d'émanations toxiques dues à l'ammoniac utilisé pour la patinoire a pu être jugulé. Le dispositif avec sirène indiquant aux habitants de rester confinés chez eux a été levé vers 18h00.

L'intervention, complexe étant donné l'ampleur du sinistre et les risques d'explosion et d'émanations toxiques, a mobilisé une centaine de pompiers venus de Bagnes, d'Orsières, de Martigny et de Monthey ainsi que deux camions-échelles en provenance de Crans-Montana et de Lausanne.

ATS

 Toute l'actu en bref