Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après trois semaines de progression, le SMI a reculé de 1,7% sur la semaine à la Bourse suisse (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini en net recul vendredi. Après avoir gagné un peu de terrain jusqu'en début d'après-midi, le SMI a viré au rouge à la publication des statistiques américaines de l'emploi, perdant jusqu'à 135 points.

Le Swiss Market Index (SMI) a fini en baisse de 0,70% à 8148,40 points, avec un plus bas du jour à 8096,42 à 16h20 et un plus haut à 8231,53 juste après l'ouverture. Après trois semaines de progression, l'indice vedette a reculé de 1,7% sur la semaine.

Le Swiss Leader Index (SLI) a reculé de 0,76% à 1232,31 points et le Swiss Performance Index (SPI) de 0,57% à 8818,74 points. Sur les trente blue chips, 23 ont reculé, six avancé et Galenica a fini stable.

Probable stabilité des taux américains

Les données américaines sur l'emploi étaient très attendues dans l'optique des spéculations sur la date de la prochaine hausse du taux directeur de la Réserve fédérale (Fed). Le nombre de créations d'emploi, 38'000, s'est révélé nettement moins élevé que prévu (160'000). Le taux de chômage a en revanche reculé à 4,7%.

Selon un commentateur, on peut "probablement" oublier une hausse du taux de la Fed en juin. Celle-ci devrait attendre de voir à quel point des effets uniques étaient à l'oeuvre. Une hausse de taux en juillet reste "toujours possible", selon cet expert.

Les autres données américaines du jour ont émis des signaux divergents. Sur le front des devises, le dollar a perdu du terrain face au franc.

Les bancaires plongent

Après avoir évolué diversement, les bancaires ont toutes nettement plongé dans le rouge et font partie des plus gros perdants. UBS a cédé 3,4% et Credit Suisse 2,5%.

Récemment, les deux titres avaient surperformé au gré des spéculations sur une prochaine hausse de taux américain. Les deux grandes banques ont, avec d'autres, conclu un accord avec les autorités américaines pour régler une affaires d'hypothèques remontant à la crise des subprimes.

Parmi les financières, Julius Baer (-1,5%) et Zurich Insurance (-1,1%) ont aussi nettement fléchi. Il en va de même pour LafargeHolcim (-2,1%), Adecco (-1,0%) et Sonova (-0,9%).

Novartis pourrait grimper

Les poids lourds pharmaceutiques Novartis (-0,9%) et Roche (-0,7%) ont aussi pesé sur l'indice. Les pharma devraient occuper le devant de la scène ces prochains jours, avec le début, ce vendredi à Chicago, du congrès sur l'oncologie Asco.

L'immunothérapie et les thérapies combinées seront deux thèmes cruciaux, dans lesquels Roche joue un rôle important. Novartis devrait attirer surtout l'attention sur les traitements classiques, selon les spécialistes.

L'action Novartis s'est classée parmi les principaux gagnants la veille, après avoir déjà bien performé tout le mois de mai. Elle pourrait gagner du terrain en cas d'annonces surprises de l'entreprise, tandis que Roche devrait avoir peu de nouveautés à présenter, selon un analyste.

Swisscom grimpe avant les votations

ABB a perdu 0,5%. Le directeur général (CEO) Ulrich Spiesshofer s'attend pour le reste de l'année à des difficultés sur les marchés, mais se montre dans l'ensemble confiant, en particulier en ce qui concerne le programme de réduction des coûts et les nouveaux produits.

Dans le camp des gagnants, Swisscom a pris 1,5%. L'action du géant bleu a souffert ces derniers temps des perspectives d'une éventuelle acceptation de l'initiative Pro service public ce week-end. Les derniers sondages montrent une prédominance du non, ce qui favorise le titre. Si l'initiative est effectivement rejetée, le titre devrait progresser nettement. Aryzta (+1,0%) et Richemont (+0,9%) ont aussi progressé.

Sur le marché élargi, les gagnants sont Siegfried (+4,2%), Orell Füssli (+4,1%) et LifeWatch (+3,4%). VAT (+3,3% à 59,30 francs) a profité de l'entame de couverture par Berenberg à "buy" et objectif 66 francs.

Les perdants sont Cassiopea (-4,5%), AFG Arbonia (-4,2%) et EFG (-4,1%). Gategroup (-0,4% à 51,00 francs) a un peu reculé alors que l'offre de rachat par le chinois HNA à 53 francs par action débute lundi.

ATS