Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur l'ensemble de la semaine, le Swiss Market Index (SMI) a perdu 0,6% (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note largement négative vendredi. Le SMI, qui avait longtemps flirté avec la barre des 9000 points, a fini nettement en dessous et proche du plus bas du jour.

Le SMI a terminé en recul de 0,98% à 8938,68 points, avec un plus bas 8935,50 points et un plus haut à 9049,88 points. Sur l'ensemble de la semaine, l'indice-phare de SIX a perdu 0,6%. Le SLI a fini vendredi en baisse de 0,95% à 1418,50 points et le SPI a perdu 0,98% à 10'184,45 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seules trois ont terminé dans le vert, toutes les autres ont reculé.

En tête des gagnants, Swatch a progressé de 1,9%. L'horloger biennois est parvenu à maintenir son chiffre d'affaires et à améliorer sa rentabilité au premier semestre, moins toutefois que ne l'escomptaient les analystes. Le patron Nick Hayek a confirmé à awp attendre une croissance de 7-9% cette année en monnaies locales et a souligné la forte accélération de la croissance au 2e trimestre.

Richemont (+0,6%) a fait un peu moins bien que son concurrent. La veille, les valeurs du luxe avaient diversement profité des bons chiffres des exportations horlogères en juin.

ABB en queue de train

Le troisième gagnant est Givaudan (+1,1%), qui avait été sévèrement sanctionné la veille malgré des résultats intermédiaires honorables. Plusieurs analystes ont d'ailleurs relevé l'objectif de cours ce matin avec des recommandation qui divergent entre "underperform" et "overweight".

Parmi les perdants, ABB a fini lanterne rouge avec un recul de 3,0% à 22,54 francs. Le titre a poursuivi son chemin de croix entamé la veille sur fond de déception face à la performance à mi-chemin du conglomérat industriel.

Les bancaires UBS (-2,0%), Credit Suisse (-1,8%) et Julius Baer (-1,5%) ont terminé dans le bas du tableau.

Nestlé recule de 1%

Les poids lourds ont aussi pesé sur l'indice. Roche (-0,5%) a obtenu auprès du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) trois recommandations pour des médicaments de ses franchises oncologique et inflammatoire.

L'organe consultatif de l'Agence européenne des médicaments (EMA) préconise notamment d'autoriser le Tecentriq (atezolizumab) en seconde ligne et en monothérapie contre une forme de cancer du poumon ainsi que deux formes de cancer de la vessie métastatiques.

Le même CHMP a émis une recommandation d'homologation pour le Rydapt (midostaurin) de Novartis (-1,2%) dans quatre indications. Nestlé a perdu 1,0%.

Premiers pas de Landis+Gyr

Dufry (-1,7%) a nettement fléchi aussi. Selon des rumeurs, les plans d'expansion de la participation du chinois HNA dans le spécialiste des boutiques hors-taxe auraient été gelés.

Vifor (-1,2%) a décroché sur le Vieux Continent une homologation pour la prescription du Veltassa, produit phare et motif principal de l'acquisition en 2016 du laboratoire biopharmaceutique américain Relypsa.

Sur le marché élargi, Landis+Gyr (78,50 francs) a fait ses premiers pas sur SIX. Le prix d'émission du fabricant de compteurs énergétiques avait été fixé à 78 francs et le premier cours s'est inscrit à 79 francs.

Richard Mora, directeur général, s'est dit "très content" de l'opération. "Ce fut une formidable performance. Nous pouvons désormais nous concentrer sur la mise en place de notre stratégie et de notre plan quadriennal", a-t-il déclaré à awp.

Ypsomed plonge de presque un tiers

Ypsomed (-29%) a annoncé la fin d'un partenariat de distribution avec l'américain Insulet, qui va peser sur les revenus et la rentabilité à court terme du producteur de dispositifs d'injection.

La société de participation BB Biotech (-0,1%) a sorti la tête de l'eau au premier semestre, grâce au rachat par le mastodonte américain Johnson & Johnson de ses parts dans Actelion.

Le conglomérat diversifié Conzzeta (+0,2%) reprend la division Kunststoff de l'allemand Otto Bock, 130 millions d'euros (142 millions de francs) de chiffre d'affaires, pour un montant non dévoilé.

Le métallurgiste SFS (-4,0%) a réalisé des ventes semestrielles meilleures qu'escomptées, mais le bénéfice net n'a pas suivi. Chemie+Paper (-1,0% et presque pas traité) a aussi étoffé ses ventes, mais ne prévoit de sortir des chiffres rouges qu'en fin d'année et grâce à ses activités dans l'immobilier.

ATS