Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI s'est éloigné assez nettement de la barre des 9600 points qu'il avait franchie pour la première fois il y a deux jours (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse terminé sur une note négative jeudi. Le SMI, qui était resté en dessus de la barre psychologique des 9500 points jusque vers 14h30, est passé en dessous un moment, avant de se reprendre sensiblement pour finir juste en dessus de cette limite.

L'indice phare de SIX s'est cependant éloigné assez nettement de la barre des 9600 points qu'il avait franchie pour la première fois il y a deux jours.

Le SMI a fini en recul de 0,22% à 9503,85 points, avec un plus haut à 9554,92 et un plus bas à 9475,17. Le SLI a grignoté 0,02% à 1551,96 points et le SPI a perdu 0,21% à 10'903,44 points. Sur les trente valeurs vedettes, quatorze ont reculé, quinze ont avancé et Sika a fini à l'équilibre.

Banques en progression

Dans le camp des gagnants, Richemont (+0,6%) a publié des ventes en nette hausse au 3e trimestre de son exercice décalé 2017/18, clos fin décembre. Le chiffre d'affaires s'est étoffé de 1% (+7% tcc) en comparaison annuelle, à 3,12 milliards de francs, une performance à mettre au crédit de la région Asie-Pacifique et de la joaillerie, mais inférieure aux attentes du marché. Swatch a perdu 0,1%.

Credit Suisse (+1,8%), LafargeHolcim (+1,3%) et Zurich (+1,0%) ont pris les trois places du podium. Selon un observateur, les investisseurs spéculent sur de nouvelles mesures de réduction des coûts et la vente de certaines unités que le cimentier pourrait annoncer lors de la présentation de ses résultats annuels.

Les deux autres bancaires UBS et Julius Baer ont gagné respectivement 0,6% et 0,3%.

Après une performance 2017 supérieure aux attentes du marché en matière de masse sous gestion, Partners Group a avancé de 0,2%. Forte d'une demande clientèle solide, la direction du groupe zougois affiche un bel optimisme pour l'exercice en cours.

Nestlé recule

ABB (+0,1%) va étoffer son conseil d'administration en proposant la nomination de trois nouveaux administrateurs lors de la prochaine assemblée générale. Comme deux des sortants ne seront pas candidats à leur réélection au sein de l'organe de surveillance, celui-ci passera à 11 membres, contre 10 actuellement.

Dans le camp des perdants, SGS (-0,4%) a annoncé l'acquisition du belge Laboratoire de Contrôle et d'Analyse (LCA), dont le chiffre d'affaires annuel avoisine le million d'euros (1,16 millions de francs).

Les trois poids lourds ont pesé sur l'indice. Novartis (-0,6%) a engagé en qualité de directrice du département d'oncologie Elizabeth Barrett, une transfuge de son concurrent américain Pfizer, en remplacement du démissionnaire Bruno Strigini. Roche a perdu 1,1%.

Nestlé (-1,0%) a vu sa recommandation d'achat sabrée par UBS, qui l'a dégradée à "neutral" et a revu son objectif de cours à la baisse. La banque aux trois clés estime qu'après une progression de 15% en 2017, le titre semble désormais bien valorisé.

Bossard en hausse, positif pour 2018

Clariant (-0,7%) fait l'objet tant d'une enquête de SIX pour une potentielle violation de ses obligations d'annonce dans le cadre de la fusion avortée avec l'américain Huntsman, que d'un commentaire élogieux de Goldman Sachs.

Sonova (-1,4%) a pris la lanterne rouge. Citigroup a repris la couverture avec recommandation "sell" et un objectif de cours à 133 francs. Même si l'entreprise est bien dirigée, l'analyste voit des risques pour l'objectif d'amélioration de 60 points de base par année de la marge EBITDA.

Sur le marché élargi, Bossard (+1,9%) a enregistré l'année dernière une croissance de plus de 10% dans toutes ses régions d'activité, à savoir l'Europe, l'Amérique et l'Asie. Malgré un quatrième trimestre en demi-teinte aux Etats-Unis, le groupe industriel devrait repartir du bon pied en 2018.

KTM Industries (+6,7%) a fait état d'un septième exercice record d'affilée en 2017, avec un volume de ventes de 239'000 deux-roues. Le motoriste autrichien chiffre la croissance à 17% par rapport à 2016.

Mercredi soir, Ascom (-2,6%) a annoncé un chiffre d'affaires en 2017 à peine conforme à ses propres projections. La commande pour 5 millions d'euros sur dix ans annoncée jeudi matin n'a pas suffi à faire passer la pilule pour les analystes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS