Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le SMI clôture dans le rouge, la barre des 8100 points résiste

Après la stagnation des deux dernières séances, la Bourse suisse a reculé mardi. Une évolution explicable par des considérations techniques et les investisseurs empochent leurs gains (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé la séance de mardi dans le rouge sur un large front. La tendance négative du jour a été accentuée notamment par les poids lourds défensifs.

Le Swiss Market Index (SMI) a essuyé une contraction de 0,61% à 8111,48 points, après une incursion sous la barre des 8100 points peu après la mi-journée. Le Swiss Leader Index (SLI) s'est érodé de 0,69% à 1200,43 points et le Swiss Performance Index (SPI) de 0,53% à 8791,30 points. Sur les trente valeurs principales, seules cinq se sont maintenues du bon côté de l'équilibre.

Wall Street a ouvert sur une note négative, malgré une envolée des gains trimestriels de Goldman Sachs.

L'agenda des indicateurs conjoncturels est resté dégarni. Le marché de la construction aux Etats-Unis a agréablement surpris en juin. Le Royaume-Uni a vu son inflation prendre l'ascenseur sur la même période et le moral des investisseurs allemands s'est effondré en juillet.

Novartis limite les dégâts

Givaudan (-2,9%) a fini en fond de classement, cédant plus que ses gains de la veille. Le producteur verniolan d'arômes et de parfums avait publié lundi une croissance dont la dynamique a surpris même les analystes les plus optimistes. Plusieurs d'entre eux ont depuis relevé leurs objectifs de cours, mais Exane BNP Paribas a dégradé la recommandation à "neutral".

Lafargeholcim (-2,9% également) a connu une journée noire, sans indication particulière. Le groupe de luxe Richemont (-2,3%) et Swatch (-2,1%) ont aussi perdu passablement de terrain. L'horloger biennois essuie les foudres des analystes depuis son avertissement sur résultats au premier semestre. Les chiffres définitifs doivent être publiés jeudi.

Les poids lourds ont reculé en ordre dispersé. Novartis a égaré 0,3%. Le mastodonte pharmaceutique rhénan a toutefois limité les dégâts après avoir publié une performance semestrielle moins mauvaise que redouté. Roche a pour sa part fondu de 1,1%. Principale cotation de la place zurichoise, Nestlé a abandonné 0,5%.

Commandes porteuses pour ABB...

Les investisseurs semblent n'apprécier que modérément la démission surprise du responsable pour la Suisse de Julius Baer (-1,44%). Barend Fruithof a claqué la porte de l'établissement zurichois en raison d'un désaccord avec la réorganisation des activités. UBS a cédé 0,5%. Vontobel a abaissé l'objectif de cours pour la banque aux trois clés, mais reconduit la recommandation "buy".

ABB (+1,2%) s'est détaché du lot, après avoir annoncé des commandes pour 300 millions de dollars (292,9 millions de francs) en Chine. Geberit (+0,5%) et Syngenta (+0,3%) ont complété le podium. Credit Suisse (+0,2%) hérite de la médaille en chocolat, mais représente le dernier SMI à ne pas s'inscrire dans le rouge.

... et pour Meyer Burger

Kühne+Nagel (-0,1%) a aussi levé le voile sur ses résultats intermédiaires. Le groupe schwyzois de transport et de logistique n'a de justesse pas réussi à accrocher l'équilibre, malgré une rentabilité améliorée sur la première moitié de l'année et la confiance affichée par la direction du logisticien pour la seconde.

Sur le marché élargi, Bellevue Group (-2,6%) prévoit un bénéfice après impôts de 3 millions de francs pour le premier semestre. L'année précédente, le groupe avait affiché une perte de 15,5 millions.

Meyer Burger (+0,6%) avait annoncé lundi soir une commande de 18 millions de francs d'un fabricant chinois de cellules solaires. La livraison et la mise en service des installations sont prévues pour le quatrième trimestre.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.