Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la Bourse suisse, la séance a notamment été marquée les chiffres du fabricant d'installations sanitaires Geberit (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé mardi en repli, renforçant ses pertes en fin de séance. L'optimisme lié à la hausse modérée de l'inflation américaine a laissé place aux inquiétudes suscitées par le limogeage du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson.

Le SMI a perdu 1% à 8880,92 points. Le SLI a cédé 1,15% à 1453,83 points et le SPI 0,91% à 10'296,19 points. Toutes les valeurs vedettes ont clôturé dans le rouge.

En Suisse, la saison des résultats a connu un nouveau point d'orgues avec les chiffres du fabricant d'installations sanitaires Geberit et ceux d'une généreuse série d'entreprises du marché élargi.

Au niveau économique, la hausse des prix aux Etats-Unis a ralenti sa course en février après l'accélération de janvier, selon les chiffres du ministère du Travail. Comme s'y attendaient les analystes, l'indice des prix à la consommation CPI n'a avancé que de 0,2% en février par rapport à janvier en données corrigées des variations saisonnières.

L'OCDE a pour sa part a revu ses prévisions de croissance mondiale à la hausse, tablant désormais sur une progression de 3,9% cette année et l'an prochain. L'organisation a mis en garde contre le "danger" que représente le protectionnisme, après l'annonce par Donald Trump de taxes douanières sur les importations d'acier et d'aluminium.

Dufry limite les dégâts

En Suisse, Dufry (-0,1%) a pu limiter les dégâts le plus, après avoir figuré sur la première marche du podium une grande partie de la séance. Le groupe présentera ses chiffres jeudi.

Geberit (-0,3%) a aussi fait mieux que la plupart des blue chips. Le fabricant d'installations sanitaires a enregistré une solide hausse de sa rentabilité en 2017. Dans la foulée, le dividende sera relevé de 4% à 10,40 francs par titre.

Richemont (-0,3%), Clariant (-0,5%) et Kühne+Nagel (-0,7%) ont cédé aussi du terrain de manière limitée. Les bancaires Credit Suisse (-1,4%) et UBS (-1,9%) ont subi des pertes plus marquées. Les poids lourds, Nestlé (-0,4%) dans une moindre mesure, ainsi que Roche (-0,7%) et Novartis (-1,2%) ont pesé sur l'indice principal.

Adecco (-1,3%) a bouclé son programme de rachat d'actions de 300 millions d'euros (348 millions de francs) . Au total, 4,58 millions d'actions ou 2,68% du capital-actions ont été rachetées sur une seconde ligne de négoce au prix moyen unitaire de 78,83 francs. Un nouveau programme de 150 millions d'euros a d'ores et déjà été annoncé.

Lanterne rouge pour Aryzta

La lanterne rouge est une nouvelle fois échue à Aryzta (-3,5%). Trois analyses ont abaissé l'objectif de cours au lendemain de résultats semestriels sans surprise après l'avertissement sévère sur bénéfice de janvier dernier. Les recommandations s'étalent entre "sell" et "hold". Lonza a cédé 1,7% et Sonova 1,1%, complétant le trio des plus gros perdants.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS