Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse regardait vers le haut vendredi (SMI en hausse de 1,12%), tandis que le groupe de luxe genevois Richemont connaissait une fortune inverse (-4,30%) après la publication de ses résultats annuels (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé en nette hausse vendredi, mais le SMI a échoué à se hisser au-delà des 8000 points en fin de séance. Soutenu par l'évolution positive de Wall Street l'après-midi, l'indice vedette a aussi reçu un coup de pouce du marché immobilier américain.

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé la journée sur une progression de 1,12% à 7997,30 points, avec un plus bas à 7944,59 points à l'ouverture et un plus haut à 8011,33 points en fin de séance. Sur la semaine, l'indice des 20 valeurs vedettes a pris 0,9%.

Le Swiss Leader Index (SLI) a pour sa part gagné 0,96% à 1222,02 points et le Swiss Performance Index (SPI) s'est apprécié de 1,09% à 8664,60 points. A part trois titres, le reste des 30 valeurs vedettes a terminé dans le vert.

Rétablissement pétrolier

La séance a été peu fournie en statistiques internationales et seules quelques données du marché immobilier aux Etats-Unis ont complété le tableau. Les reventes de logements aux Etats-Unis ont poursuivi leur hausse en avril pour le deuxième mois consécutif et dépassé les attentes des analystes.

Le pétrole poursuivait également son rétablissement et le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) s'établissant à 48,05 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En Suisse, le marché a été animé par les résultats annuels de Richemont et les performances trimestrielles de plusieurs sociétés du marché élargi.

Richemont chute

Richemont (-4,3%) a tenu le rôle de lanterne rouge pendant toute la séance, après ses résultats annuels. Le spécialiste du luxe genevois a affiché sur l'exercice décalé 2015/16 un repli des ventes conforme aux attentes, mais la rentabilité et les perspectives de la direction ont suscité des inquiétudes. La banque d'affaires Bryan Garnier a placé l'objectif de cours de Richemont sous révision.

Swatch (-2,8%) a été entraîné dans le sillage baissier de son concurrent et des perspectives moroses pour le secteur horloger. Dufry (-0,2%) a rejoint le trio des perdants, sans information spécifique.

Galenica (+2,5%) s'est par contre glissé en première place du classement. Le groupe pharmaceutique a racheté le grossiste Pharmapool pour 30 millions de francs. Pharmapool a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 100 millions.

Schindler (+2,3%) a pris la deuxième place, après une importante commande pour équiper le nouvel aéroport d'Istanbul.

Potentiel de rattrapage bancaire

Les poids lourds pharmaceutiques Roche (+2,1%) et Novartis (+1,8%) ont apporté leur soutien au SMI, tandis que Nestlé (+0,8%) a avancé plus modestement.

Credit Suisse (+2,0%) a notamment été porté par un relèvement de recommandation et d'objectif de cours par Merrill Lynch. Julius Baer (+1,4%) et UBS (+1,0%) ont suivi la tendance haussière. Barclays et JP Morgan ont abaissé l'objectif de cours du gestionnaire de fortune.

Les bancaires semblaient profiter de la confiance retrouvée dans une normalisation prochaine de la politique monétaire américaine. Après un début d'année calamiteux, ces valeurs disposent d'un potentiel de rattrapage certain, selon des analystes.

Sur le marché élargi, Wisekey (+22,2%) s'est envolé après une acquisition. Santhera (+1,8%) a profité de la procédure d'homologation accélérée accordée par la FDA aux États-Unis pour le médicament omigapil.

Schmolz+Bickenbach (-1,5%) et Ypsomed (+3,6%) ont publié des résultats trimestriels.

ATS