Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un soldat américain accusé d'avoir massacré 16 villageois afghans en mars était "lucide" au moment des faits, a affirmé lundi l'accusation au premier jour de deux semaines d'audiences préliminaires. Elles précèdent un éventuel procès en cour martiale.

Le sergent de 39 ans est accusé d'avoir quitté son camp la nuit du 11 mars, dans le district de Panjwayi, avant de tuer dans deux villages avoisinants 16 personnes, dont neuf enfants. Il était ensuite revenu à sa base où il s'était rendu.

Selon le procureur militaire, l'homme a bu du whisky et regardé un film d'action avec ses camarades avant de sortir de sa base, à deux reprises, pour perpétrer son massacre présumé, le plus meurtrier commis par un soldat américain pendant le conflit afghan.

Aucun souvenir

Son avocat et sa femme ont assuré ces derniers mois qu'il n'avait aucun souvenir des événements. Mais un lieutenant-colonel a affirmé lundi que le sergent était "lucide, cohérent et coopératif", précisant que l'accusé avait admis ses crimes en les qualifiant de "terribles, vraiment terribles".

Le lieutenant-colonel a insisté sur le caractère haineux des crimes: 17 des 22 victimes étaient des femmes ou des enfants, et presque tous ont été visés à la tête.

Le massacre avait considérablement tendu les relations déjà difficiles entre Kaboul et Washington. La décision de le rapatrier aux Etats-Unis avait déclenché la colère des villageois afghans qui réclamaient qu'il soit jugé en Afghanistan.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS