Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le soldat franco-israélien condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé s'est présenté mercredi à la base militaire de Tzrifin, près de Rishon LeZion. La photo le montre au moment de quitter son domicile, accompagné par sa famille.

KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN

(sda-ats)

Un soldat franco-israélien condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé s'est présenté mercredi à la base militaire de Tzrifin, près de Rishon LeZion (centre). Il va y purger sa peine de 18 mois de prison.

L'incarcération d'Elor Azaria constitue le point d'orgue d'une affaire qui a captivé et profondément divisé les Israéliens pendant près d'un an et demi. Membre d'une unité paramédicale, il avait été filmé le 24 mars 2016 par un militant propalestinien alors qu'il tirait une balle dans la tête d'Abdel Fattah al-Sharif à Hébron en Cisjordanie occupée.

Le Palestinien venait d'attaquer des soldats au couteau. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d'état de nuire. La vidéo s'était propagée sur les réseaux sociaux.

Au terme d'un procès ultramédiatisé qui a mis en lumière les lignes de fracture parcourant la société israélienne, une cour d'appel militaire avait confirmé le 30 juillet un jugement de première instance condamnant Elor Azaria à 18 mois de prison ferme pour homicide volontaire.

Dans un contexte de violences persistantes, le procès a dressé les Israéliens défendant le respect de valeurs morales par leur armée, contre les tenants d'un soutien sans faille aux soldats confrontés aux attaques palestiniennes.

ATS