Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le soldat franco-israélien Elor Azaria, au centre, photographié au terme de son procès, à Tel Aviv, le 30 juillet (archives).

KEYSTONE/AP POOL/DAN BALILTY

(sda-ats)

La justice militaire israélienne a refusé de reporter l'incarcération du soldat franco-israélien Elor Azaria, a indiqué l'armée lundi. L'homme avait été condamné à 18 mois de prison pour avoir achevé un Palestinien blessé. Il commencera à purger sa peine mercredi.

"Sa demande a été rejetée et il sera incarcéré comme prévu mercredi dans la prison militaire de Tzrifin" au sud de Tel-Aviv, a dit à une porte-parole de l'armée.

Le 30 juillet, au terme d'un procès ultramédiatisé ayant divisé Israël, un tribunal militaire avait confirmé en appel la peine de 18 mois de prison infligée en première instance à Elor Azaria pour homicide volontaire.

Membre d'une unité paramédicale, il avait été filmé le 24 mars 2016 alors qu'il tirait une balle dans la tête d'un Palestinien à Hébron, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël. La victime venait d'attaquer des soldats au couteau. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d'état de nuire.

Le procès d'Elor Azaria, qui n'a exprimé aucun remords pour son acte, a opposé ceux qui défendent le respect nécessaire de valeurs éthiques par l'armée israélienne aux tenants d'un soutien sans faille aux soldats confrontés aux attaques palestiniennes.

De nombreux politiciens, à commencer par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, se sont prononcés pour que le soldat soit gracié.

ATS